Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Utopie ou réalité ?

On ne promet rien aux jeunes générations, ni retraite, ni monde meilleur, ni…

Autant dire qu'elles n'accepteront pas de s'investir dans nos entreprises si elles n'y trouvent pas la bienveillance, affirme Olivier Truong*.

Bienveillance : Inclination à vouloir du bien à autrui

Coaching Main tendue Crédit hanna-morris-Eu_jjK6Z67Q-unsplash.jpg

Rien à voir avec la gentillesse, qui veut faire plaisir. Il n'y a pas de bienveillance sans exigence. Il n'y a pas non plus d'exigence possible à long terme sans bienveillance, d'où l'obligation de cultiver la bienveillance en entreprise si l'on espère y retenir les jeunes !

Pourquoi est-ce si difficile d'installer la bienveillance ?

C'est qu'il y a en nous des peurs :

  • la peur d'être mangé, qui réactive le repli sur soi et la méfiance
  • la peur d'être abandonné, qui rend capable de méchanceté pour continuer à faire partie du groupe
  • la peur de ne pas être reconnu comme unique, qui rend capable de voler le travail de l'autre et appauvri la coopération

Il y a aussi des toxiques, qui mettent à mal la confiance :

  • les dictateurs, souvent des petits chefs que la peur pousse au contrôle
  • les pervers narcissiques, qui manipulent l'autre à leur profit (5%)
  • les courtisans, dont les managers perçoivent plus ou moins les intentions

Il y a enfin des organisations déficientes :

  • hyper centralisées, qui suscitent l'obéissance, d'où des petits chefs
  • hyper compétitives, qui induisent la tendance à se mesurer aux autres, d'où des pervers narcissiques
  • floues, qui suscitent les manœuvres, d'où des courtisans

Trois pistes pour installer la bienveillance

Mettre en place une philosophie humaniste avec :

  • le principe de subsidiarité, qui consiste à ne jamais remonter au niveau supérieur une décision qui peut être prise au niveau inférieur
  • le principe de responsabilité du résultat, nécessitant le pouvoir sur les moyens
  • la clarté des territoires et le fonctionnement en mode projet

S'accorder sur les règles de fonctionnement (code de conduite)

Choisir des managers bienveillants :

  • qui donnent du sens : pour quoi on fait les choses et comment on les fait
  • qui croient en leurs collaborateurs et ne les enferment pas dans des catégories
  • qui pratiquent la justice et l'équité

Est-ce une utopie ?

Plutôt une possible réalité… avec du courage et du temps !

Paule Terreaux
www.pauleterreaux.fr

J'ai envie de cultiver la bienveillance

Je prends RDV avec Paule

 

(*) Je relate ici sa conférence du 25 mars 2021 dans le cadre du Club Stratégie et Avenir (lien)

 

Écrire un commentaire

Optionnel