Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Découverte

  • L'art de la métaphore

    Rien de tel qu'une métaphore pour se faire comprendre ou pour marquer les esprits.

    Chacun son style. Personnellement ce sont les images très concrètes à visée pédagogique, comme la vitrine, la boutique et l'arrière boutique pour expliquer la structure de l'intranet associatif que j'anime. Dans un autre registre, je m'amusais récemment de découvrir toutes les métaphores « à plumes » que j'ai utilisé au fil des ans pour illustrer ce que je vivais. Actuellement c'est déployer ses ailes !

    Certains savent mettre leur art au service de métaphores plus riches, comme la magie ou la musique pour éclairer la communication ou le management.

    Dans le cadre d'un club de management, j'ai eu l'occasion de bénéficier d'une soirée animée par le Quatuor Annesci. Leur objectif était de montrer comment ils travaillent pour parvenir à une musique qui séduit son public. Ce faisant, ils semaient ça et là quelques comparaisons avec l'entreprise. Chacun pouvait pousser plus loin le parallèle avec la sienne.

    Quatuor Annesci 380.jpg

    Ce que j'en ai retenu ?

    Les conservatoires français forment des solistes. En associer quatre de haut niveau ne fait pas un quatuor de qualité. Il faut, à partir des quatre individualités, construire une unité.
    Il ne suffit pas pour chacun de tout donner.
    Il ne s'agit pas de suivre un chef. La direction se fait par alternance, d'une mesure et même d'une note à l'autre. Convenir ensemble de cette répartition est la première étape.
    A partir de là il faut travailler les virages que sont les variations de tempo.
    Puis vient une étape inconfortable, le risque de l'interprétation : beaucoup de questionnements, d'essais et de choix.
    Jouer ensemble demande beaucoup de communication, et en premier lieu beaucoup d'écoute des autres.
    Chacun a droit à l'erreur, avec l'obligation de corriger dès les premières conséquences. Cela se joue au dixième de seconde.
    Il faut encore simplifier les styles personnels inutiles.
    A tout moment il faut sortir pour écouter ce qu'entend le public.
    Et tout cela ne suffit pas. Il reste encore à se faire aimer, désirer... en apportant chacun sa sensibilité propre.

    Retranscrit comme ça c'est un peu fade, mais la démonstration en musique de cette patiente construction pas à pas était impressionnante !

    Ça donne envie de cultiver son art de la métaphore, et pourquoi pas son art au service de la métaphore ?
    Moi c'est le chant. C'est quoi le vôtre ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

  • Libre de choisir

    Un ami me confiait récemment qu'il se sentait tiraillé entre deux alternatives, au point qu'il en était incapable de toute décision. Cherchant à expliquer son malaise il me dit : "J'ai besoin de me sentir libre pour pouvoir choisir".

    Curieux ! A moi il me semblait qu'il disposait de cette liberté. Et en même temps il venait d'exprimer un ressenti universel : pour se sentir libre de choisir il faut au moins trois options.

    Une seule option, c'est mortel. Deux alternatives, c'est un dilemme. Trois options et plus, nous retrouvons notre capacité à réfléchir (l'intérêt, la faisabilité), à rêver (les avantages), et à goûter le plaisir de choisir.

    shutterstock_119788993.jpg

    Le coach est souvent sollicité pour accompagner vers des décisions. Sa première invitation est toujours l'élargissement.

    Vous n'aimez pas choisir ? Faites le test : efforcez-vous de multipliez les options, prenez le temps d'identifier et apprécier les avantages de chacune. Au moment de choisir, la satisfaction sera au rendez-vous... et plus encore lorsque vous passerez à l'action.

    Merci de m'avoir lue !

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

  • Me voilà coach !

    Le 30 juin 2015, c'est toute la promo 30 (*) qui a reçu le feu vert pour se lancer dans le beau métier de coach. Un résultat exceptionnel. Ce succès nous l'avons chanté !

    Ne rentrez pas chez vous comme avant...

    Chanter !

    Je vais repartir et je m'en vais coacher, je vais repartir et je m'en vais grandir... (**)

    Bien plus qu'une formation, c'est un véritable processus de transformation que nous avons vécu ensemble.
    C'est sûr, nous avons appris ce que coacher veut dire, comment l'on doit s'y prendre pour accompagner vers des objectifs, les principaux outils du métier...
    Surtout, nous avons expérimenté, observé, reproduit...
    Chemin faisant, nous laissant transformer sous le regard du groupe, nous avons développé la dimension de coach, découvert notre style personnel... et confirmé notre désir de pratiquer ce beau métier.

    Réaction de mon fils à cette bonne nouvelle : "Alors ça y est, tu as un boulot !"
    "Pas si vite mon fils ! J'ai un métier. Il me reste à créer mon emploi."
    Ça c'est pour la rentrée. D'abord vacances !

    Je vous souhaite une belle trêve estivale.

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    * : Formation Développez votre dimension coach d'Agileom, accréditée par l'International Coach Federation

    ** : Composition collective librement inspirée de "Ne rentrez pas chez vous comme avant" de J. Lesbordes et P. Buchet-Chastel