Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Développement professionnel

  • Le jeu des différences

    Je taquine souvent les étudiants lorsqu'ils se présentent :

    - Je m'appelle Théo Mangin, j'ai fait un bac S, deux années de classes préparatoires...
    - Non, non, le jeu des ressemblances c'est fini ! Maintenant c'est le jeu des différences qui commence. Qu'avez-vous à dire qui donne envie de vous choisir vous, plutôt que votre collègue de promotion ?

    Se présenter de manière spécifique

    Alors on y travaille :

    Quels sont leurs atouts, leurs aspirations, leurs réalisations ?
    Et ce n'est pas tout. Lorsque l'occasion va se présenter, comment vont-ils capter l'attention et marquer les esprits ?

    Capter l'attention

    On expérimente une méthode :

    • une introduction pour accrocher
    • des arguments pour convaincre
    • des émotions pour susciter la sympathie et stimuler la mémoire
    • une conclusion qui invite à l'action dans le sens de ce que je recherche

     Marquer les esprits

    Bien sûr il est judicieux de s'adapter au contexte, à ses interlocuteurs… et en même temps il serait dommage de s'en tenir à ce qui semble attendu. Il sera tellement plus intéressant de montrer qui l'on est de son point de vue, dans un style bien à soi. Alors la présentation sera remarquée et mémorisée.

    Et vous, à quoi ressemblez-vous quand vous être vraiment vous-même ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie d'oser qui je suis

    Je prends RDV avec Paule

     

  • Se retrouver

    Tania n'était pas convaincue. C'est son père qui l'avait poussée à venir me voir. Jeune adulte elle avait déjà de l'expérience, plusieurs missions à durée déterminée, mais voilà que depuis un an elle n'arrivait plus rien à décrocher.

    Quand la vie nous met à l'épreuve

    Elle ne voyait pas en quoi je pourrais l'aider, sauf à lui donner des recettes, mais cela changerait-il quelque chose ? De toute façon elle avait entendu tout et son contraire pour justifier que sa candidature n'était pas retenue.

    Inutile de dire qu'elle ne portait pas les recruteurs dans son cœur. Elle s'énervait que les entretiens l'emmènent sur des terrains où elle ne voulait pas aller et aussi de ne pas avoir l'occasion d'exprimer ce qui lui tenait à cœur.

    Nous avons pris le temps de faire un pas de côté. Et elle, quel regard portait-elle sur elle-même, sur sa façon de se présenter, de parler d'elle ? Comment appréciait-elle ce qu'elle montrait d'elle ?

    Reconnaître qu'on manque parfois de bienveillance envers soi-même

    Tania n'était pas très tendre non plus avec elle-même, assez critique même. Alors peu à peu je l'ai invitée à reformuler ce qu'elle disait d'elle avec gentillesse. Constatant combien elle avait du mal, elle a commencé à comprendre : c'est vrai elle ne devait pas donner très envie.

    Alors Tania s'est détendue. Oui, elle voulait bien revenir pour une deuxième séance. Oui elle avait envie d'avancer vers plus de bienveillance envers elle-même.

    Ouf, l'essentiel était fait. Il ne restait plus qu'à la guider vers cet objectif : à quoi cela ressemblerait-il quand elle en arriverait là ?

    se retrouver - coaching emploi.jpg

    Renouer le contact avec soi-même et retrouver la paix

    Une séance durant, Tania a tâtonné...et puis c'est devenu une évidence. Et quel changement ! D'un coup Tania n'était plus la même : une belle jeune fille pleine de générosité et de douceur. J'en étais toute chose.

    Après l'avoir raccompagnée je me suis dit que Tania avait désormais beaucoup plus de chance de décrocher un job. Et en même temps, à cet instant ce n'était plus le sujet pour elle. Elle était tellement heureuse de s'être retrouvée !

    Quel beau métier je fais.

    Et vous, en quoi avez-vous l'impression de vous être un peu perdu.e ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie de me retrouver

    Je prends RDV avec Paule

     

  • Le handicap fait avancer la société

    On ne peut pas décider de prime abord qu'un être humain ne pourra pas prendre sa place dans la société. De cette idée, née en France au XVIIIème siècle, découlera la création de l'instruction des enfants handicapés (aveugles, sourds, autistes).

    Chaque être humain a une place à prendre dans la société.

    Pour autant la France a pris beaucoup de retard à partir du XIXème siècle, choisissant au nom de sa culture catholique, de faire la charité aux handicapés, de les payer en comptant sur eux pour ne pas réclamer.

    Dans d'autres pays à culture protestante, on a cherché à faire évoluer l'environnement pour permettre à chacun de réaliser son destin et si beaucoup de personnes handicapées sont pauvres, les procès pour faire avancer les aménagements sont courants.

    coaching, handicap

    Hamou Bouakkaz*, aveugle de naissance, témoigne d'avoir pu tracer sa route et trouver sa place grâce à l'assurance tout risque fournie par ses parents : « si tu montes on te poussera, si tu tombes on te portera, si tu as un problème il y aura toujours à manger pour toi à la maison. » Pour lui, seul le manque d'amour est un handicap vraiment difficile à surmonter.

    Les évènements sont neutres. A chacun de choisir ce qu'il en fait.

    Fort de son expérience, il constate et revendique :

    • Si l'inclusion peut être formidable, elle peut aussi être un vrai piège.
    • La discrimination positive c'est bien si et seulement si ça débouche sur le droit commun.
    • C'est celui qui a un écart à la norme qui doit trouver comment le gérer, quitte à devenir un centre de recherche ambulant !
    • Car si celui qui a un écart à la norme rencontre des obstacles, il suscite aussi beaucoup de bienveillance.
    • Laissons lui la liberté de choisir quand il souhaite se débrouiller seul et quand il veut de l'aide.
    • Moyennant quoi le handicap fait avancer la société : il rend créatif et permet de développer des solutions originales.

    Le handicap rend créatif et permet de développer des solutions originales.

    Soyons-en convaincus car demain le handicap sera majoritairement acquis en cours de vie. Et si, grâce à la technologie, des handicaps tels la cécité ne sont plus si difficiles à vivre aujourd'hui, d'autres le sont beaucoup plus tels les handicaps psychiques.

    Et vous, que faites-vous de vos handicaps ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie de surmonter mes difficultés

    Je prends RDV avec Paule

     

    (*) je résume ici sa conférence dans le cadre du Club Stratégie et Avenir le 15 octobre 2020.