Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Développement professionnel

  • Pas prêts

    Et un de plus. Étonnant ! Comment se fait-il que les clients qui me sollicitent en ce moment ne soient pas prêts à entamer la transformation à laquelle ils aspirent ?

    J'ai appris à être très attentive à ces signes que la vie me donne. J'ai compris qu'il y a toujours un message à décrypter. Par exemple quand je n'ai pas assez de nouveaux clients, c'est que je suis trop occupée. Je suis invitée à me rendre disponible. Et de fait, dès que je savoure l'impression d'avoir du temps… le téléphone sonne, des nouveaux clients !

    Qu'est-ce que la vie cherche à me dire ?

    Coaching pas prêt 2.jpg

    Oui mais là, quel est le message ? Les clients du moment ne sont pas prêts, pourtant moi je le suis !

    La réponse m'est apparue quelques jours plus tard en discutant avec une amie. Je lui parlais d'un partenaire dont j'attends la contribution et qui n'est pas prêt. Ça y est, j'ai compris. C'est lui qui n'est pas prêt ! Alors j'ai ouvert la réflexion. Comment ne pas rester dans ce piège d'attendre quelqu'un qui n'est pas prêt ? Décider de ne plus attendre et de passer à autre chose. Et voilà, finalement c'est quand même moi qui n'étais pas prête… à lâcher prise de cette attente !

    Comment lui manifester que j'ai compris ?

    Bon bin voilà, c'est fait. Merci la vie de m'envoyer des clients prêts à s'engager dans la transformation qu'ils désirent.

    Et vous, avez-vous parfois aussi des signes que la vie vous résiste ? Êtes-vous prêt à considérer que c'est peut-être vous qui résistez à la vie ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie de plus de fluidité dans ma vie

    Je prends RDV avec Paule

     

  • Intuition ou tentation ?

    Souvent mes clients s'interrogent : cette idée qui les habite sans cesse est-elle une intuition qu'ils devraient suivre ?

    A vrai dire ils luttent depuis longtemps contre cette idée. Au fond, ils savent qu'elle ne leur donnera pas vie. En même temps elle les obsède. Ils ont beau la chasser, elle revient sans cesse. Ils ont l'impression qu'elle est plus forte qu'eux. Alors ils aimeraient croire que c'est une intuition, un appel de la vie. Ce serait plus facile, un soulagement.

    Comme une obsession...

    Ensemble on prend le temps de mettre des mots : obsession, tentation, compulsion... Des mots désagréables mais ils reconnaissent que c'est bien de cela qu'il s'agit.

    Un exemple typique ? La tentation de la fuite.

    Intuition ou tentation- coaching.jpg


    Pour Christian, c'était dans le champ professionnel. Il n'en pouvait plus de son travail et il en revenait sans cesse à cette envie de tout envoyer promener, de poser sa démission et de partir faire le tour du monde.

    En même temps, Christian reconnaissait que cette tentation de la fuite était une constante dans sa vie. Il la retrouvait dans toutes ses relations depuis sa jeunesse.

    …  une agitation intérieure

    Tandis qu'il évoquait tout cela, Christian était plutôt agité. Je l'ai invité à se calmer, à entrer en lui et à laisser venir ce qui cherchait à s'exprimer. Il s'est rappelé ce rêve si désagréable dans le passé, ce stress énorme de ne pas pouvoir sortir d'une pièce où il était enfermé. Voilà qui éclairait son besoin, en toute circonstance, de se ménager une porte de sortie.

    Aujourd'hui il en était là : il n'en pouvait plus de son travail et il se raccrochait à cette idée de tout quitter. Seulement voilà, il avait déjà changé bien des fois et il ne savait pas ou aller. Il ne voyait pas quoi faire d'autre.
    J'ai reformulé : « Enfermé. Vous ménager une porte de sortie... »

    Puis à nouveau j'ai invité Christian à entrer en lui, à y chercher un endroit calme et spacieux. « Et si tout était ouvert autour de vous, Christian ? »

    Un retour à soi...

    Il y a eu un long silence. Et puis Christian s'est animé. Il a évoqué une expérience récente. Son émotion était palpable. Il avait pris beaucoup de plaisir, on l'avait remercié...

    J'ai accueilli :
    « C'est ça que vous aimeriez faire à l'avenir, Christian ? Travailler dans ce domaine ?
    - Oui. »

    Christian avait retrouvé le contact avec son intuition et il sentait un élan naître en lui. J'étais  touchée de cette transformation.

    … et l'intuition est là

    Et vous, quelle est cette idée qui prend toute la place et vous empêche d'accéder à votre intuition ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie de me reconnecter à moi-même

    Je prends RDV avec Paule

     

  • L'ambiance à la maison

    Quinze heures, Madame, Monsieur et leur fils sonnent à la porte. Elle a pris RDV pour son fils. J’ai demandé à ce qu’ils viennent tous les trois.

    Je les invite à s’installer. Je propose une boisson.

    ambiance

    A peine assise, Madame démarre :
    - Jonas ne travaille pas. Il faut qu’on le suive comme un enfant de 6ème. On fait tout à sa place. Ça nous prend un temps fou et je passe mon temps à crier.

    Tous se mettent à rire et abondent :
    - Le niveau sonore est très élevé à la maison, heureusement que les voisins n’entendent pas.
    Madame déploie un large vocabulaire fleuri. Monsieur donne de la voix pour se faire entendre de son fils à l’étage avec son casque. Quant à Jonas, il est encore tout frêle physiquement mais il a une voix de contrebasse qui doit bien participer !

    Le niveau sonore est élevé entre nous

    J’accueille la bonne humeur et je recentre.

    Pour Madame c’est beaucoup de colère.
    - Colère d’impuissance ?
    - Oui c’est ça. Et de la tristesse aussi.
    - Triste qu’il en soit ainsi ?
    - Oui, quel dommage.
    En fait, elle a peur pour son avenir. J’accueille.

    Je propose à Monsieur d’exprimer ce qu’il en est pour lui.
    - Jonas ne répond pas quand on l’appelle. Il ne fait rien à la maison. Il se croit à l’hôtel. C’est fatiguant, épuisant de crier dans le vide.
    Pour lui aussi c’est de la colère.
    Ce qu’il craint c’est que son fils regrette plus tard et qu’il le lui reproche. J'accueille.

    - Et toi Jonas, comment vis-tu les choses ?
    - Je ne travaille pas assez.
    - C’est vraiment ton avis à toi ?
    - Oui.
    - En même temps s’ils font le boulot à ta place, ça ne donne pas envie de s’y mettre.
    - Ben oui !
    - Pourquoi as-tu accepté de venir ? Qu’est-ce que tu voudrais changer ?
    - Je sais pas.

    - Moi ce que je sais faire c’est accompagner les personnes là où elles ont envie d’aller. Les aider à trouver quoi faire plus tard, à développer leur confiance en elle ou à se mettre au travail. Et toi alors ? Qu’est-ce qui ne te plaît pas ? Qu’est-ce que tu voudrais changer ?
    - Qu’ils arrêtent de crier.
    - OK, je comprends.

    - C’est comment pour toi ? Qu’est-ce que tu voudrais à la place ?
    - Qu’on fassent des choses ensemble, qu’on sorte.
    - Je comprends. C’est triste de tout le temps crier.
    - Oui, c’est ça.

    Je voudrais qu'ils arrêtent de crier

    - J’ai bien compris. Et tu penses que tu peux faire quelque chose pour changer ça ?
    - Oui.
    - Très bien, ça me va. Je peux t’aider.

    - Qu’est-ce que vous dites de cet objectif, Monsieur ?
    - Ça me va.
    - Et vous Madame ?
    - Oui, super.

    - On est d’accord, je ne m’occupe pas du travail à l’école ? L’objectif, c’est bien l’ambiance à la maison ?
    - Oui c’est bien ça.
    - Très bien, ça me va.

    Tous sont d'accord sur l'objectif

    - Nous allons avoir besoin de votre aide pendant l’accompagnement. Il faudra laisser Jonas tranquille avec ce qui se passe ici. C’est notre espace à nous, notre travail, c’est secret.
    - On ne peut pas poser de question ?
    - Pas de question !

    - Il faudra aussi que vous soyez ouverts à ce qui va se passer. Jonas va changer. Êtes-vous prêts à ce qu’il change ?
    - … ?
    - Et oui, ça pourrait vous surprendre. Il va changer ! C’est ok pour vous ?
    - Oui, oui.

    - Avant de vous laisser partir, j’ai encore besoin de vous, les parents. Donnez-moi trois qualités que vous reconnaissez à Jonas.
    - Trois ! Je ne sais pas.
    - Allez, allez, vous allez trouver. Pensez à Jonas en dehors de la famille, à ce que vous dites de lui aux collègues…
    - Serviable mais pas à la maison.
    - Eh oui bien sûr.
    - Poli.
    - Super !
    - Il aide les autres.
    - Merci pour lui.

    Chacun doit faire sa part

    - Et vous Madame ?
    - Serviable c’est vrai. Adaptable. Et facile à vivre partout ailleurs.
    - Super, merci pour lui.
    - Tu te reconnais Jonas ?
    - Oui.
    - Ça fait plaisir de l’entendre ?
    - Oui.

    - J'ai un cadeau pour vous. Je vous propose un travail en parallèle au nôtre. Vous allez continuer votre collection de qualités. Vous pourrez aussi ajouter d’autres points positifs, des bons moments, des progrès… Et je vous invite à la matérialiser pour constater que la collection s’étoffe. Une tirelire avec des pièces, une liste dans un cahier, à vous de trouver.
    - Ah oui, bonne idée.

    - C’est fini pour vous. Je vous propose de nous laisser. Nous allons commencer avec Jonas.

    Lorsque vient le moment de régler la séance, Madame commente :
    - une vraie séance de décrassage !

    Peu après leur départ à tous, je reçois un SMS avec une photo en terrasse.
    - Merci pour tout. Nous fêtons le changement !

    Le changement peut commencer !

    Merci à eux pour leur confiance et bravo d’oser le changement !

    ---

    Quelle a été la suite de l’histoire ?

    Jonas a sincèrement fait sa part pour changer l’ambiance à la maison, travaillant sur son attitude vis à vis des parents (répondre quand on l’appelle, rendre service), sur lui-même (persévérance dans ses bonnes intentions) et se mettant au travail scolaire.

    Jonas a dressé le bilan de son coaching avec l’étoile du changement :
    *  Ce que j’ai créé
    *  Ce que j’ai développé
    *  Ce que j’ai supprimé
    *  Ce que j’ai réduit
    *  Ce que j’ai maintenu
    *  Ce que je vais mettre en œuvre

    - Et maintenant Jonas, de quoi as-tu besoin pour la suite ?
    - Que mes parents arrêtent d’être sur mon dos.

    Madame accepte volontiers l’idée. Monsieur a beaucoup plus de mal.
    -Et oui, je vous avais prévenu : le changement ça peut entraîner du changement ! Jonas a fait sa part. C’est à vous maintenant de faire la vôtre.

    Clin d’œil à Jonas :
    - Si tes parents ne progressent pas suffisamment, tu me les enverras en coaching !
     
    Et vous, y a-t-il une relation où vous êtes dans l'impasse ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie d'améliorer l'ambiance d'une relation

    Je prends RDV avec Paule