Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Paule Terreaux

  • Juste un éclairage

    Professionnels de nombreux métiers, bénévoles au sein d'associations, proches dans des circonstances variées... nous sommes nombreux à offrir aux autres de les accompagner. Mais accompagner c'est quoi au juste ?

    La question nécessitait d'être éclaircie avec les participants en ce début de formation. Alors nous avons pris le temps d'évoquer de nombreuses situations et de faire la part des choses pour en arriver à cette belle représentation : accompagner, c'est être présent à côté de la personne et, quand elle en a le désir, avancer avec elle un bout de chemin, vers ce dont elle a besoin, en permettant des prises de conscience...

    Accompagner c'est marcher à côté un bout de chemin

    Accompagner, ce n'est donc pas conseiller. Qui n'a jamais été agacé par les conseils dont il n'avait pas besoin ? Accompagner, ce n'est pas non plus stimuler. Qui n'a pas attendu avec impatience qu'on le laisse tranquille ? Accompagner, c'est d'abord être – être présent à ce que vit la personne, adapter son attitude. C'est habituellement peu de mots – acquiescer, reformuler, poser une question simple. C'est parfois une invitation à explorer avec des questions. C'est rarement prendre la parole, plutôt la susciter.

    Une présence beaucoup plus que des mots

    Et en même temps, parfois, transmettre un peu de connaissances peut grandement aider.

    Ce jour là, j'écoutais Jean. Dans le cadre de son parcours en école d'ingénieur, du programme d'accompagnement professionnel des étudiants, il bénéficiait d'une séance de coaching. Je l'avais invité à aborder ce qui lui semblait important en ce moment et il me confiait son souci de réussir son année. Il redoublait suite à une année difficile : un décès dans la famille, des soucis de santé, un gros manque de motivation...

    Juste un éclairage (deuil).jpg

    Il restait pudique, et en même temps il avait visiblement besoin de déposer un fardeau, alors j'ai pris la parole et j'ai expliqué qu'il faut du temps pour faire un deuil, que pour la perte d'un proche c'est même généralement de l'ordre de neuf mois. En entendant cela, il s'est ouvert et a précisé qu'il s'agissait du décès de sa mère. J'ai accueilli avec pudeur, ajoutant seulement qu'un tel évènement était de nature à engendrer des perturbations conséquentes.

    Alors Jean a calculé. Il a remarqué que sa période difficile correspondait justement à ces neuf mois. Les choses se sont éclairées et il en a été grandement rassuré : il lui avait fallu ce temps pour rebondir et maintenant il pouvait retrouver confiance pour la suite de ses études.

    Le cadeau d'un éclairage

    Voilà, c'est tout. Jean avait juste besoin de cet éclairage pour relativiser ce qui lui était arrivé. Il pouvait maintenant repartir plus léger.

    Et vous, quelles sont les grandes ondes qui vous ont bousculées ces derniers mois ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie d'un éclairage

    Je prends RDV avec Paule

     

  • Tout pour s'en sortir

    Certaines personnes ont du mal avec l'idée de se faire accompagner, comme si c'était un aveu de faiblesse.

    Préserver son estime de soi

    Je pense à cette entrepreneuse dont l'entreprise était mise en difficulté par la crise sanitaire de la COVID 19. Apprenant la possibilité de bénéficier gracieusement d'un coaching de soutien, elle avait relevé la proposition de son organisation patronale. Pourtant, quand je l'ai contactée, elle a fait mine de ne pas comprendre : non, elle ne voyait pas de quoi je parlais ; il devait y avoir malentendu ; elle allait bien. Entre sa demande et mon appel, le week-end lui avait visiblement permis de se ressaisir. Cela semblait important pour elle, alors j'ai respecté son besoin d'oublier.

    Certaines personnes tiennent ainsi à s'en sortir seules même si cela prend du temps.

    Se donner du temps

    C'est peut-être parce que Mélanie trouvait le temps long qu'elle avait recommandé à son époux de me rencontrer.

    Christian ne voyait pas vraiment l'intérêt de la démarche. Il reconnaissait que sa situation ne lui convenait plus mais il savait très bien comment y remédier. Il connaissait bien ses capacités et ses besoins. Il avait identifié différentes possibilités pour la suite. Il savait comment s'y prendre pour les explorer et prendre une décision dès l'été...

    Mettre des mots

    Tout en m'expliquant ce qui était clair pour lui, Christian a pris conscience de certains éléments qui lui avaient échappé. Allons bon, voilà ce qui l'avait empêché de passer à l'action jusque là. Il allait maintenant pouvoir s'y mettre. En même temps qu'il venait de découvrir ces fils qui le retenaient en arrière, il les avait coupé lui-même et se sentait des ailes pour aller de l'avant.

    ciseaux

    C'est ce que j'aime dans mon métier : constater les effets dès lors que le potentiel est libéré.

    Se réjouir du potentiel libéré

    Christian m'a remercié pour la séance et moi je l'ai conforté : effectivement, il avait tout pour s'en sortir.

    Et vous, quand cela vous est-il arrivé de vivre un tel déclic ? Auriez-vous un sujet à mettre en mots en ce moment ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie de mettre des mots

    Je prends RDV avec Paule

     

  • Accomplissement

    Lorsque j'accompagne des personnes dans une réflexion sur leur parcours professionnel je leur propose souvent un retour en arrière. Je les invite à se remémorer toutes les activités qui leur ont fait envie depuis leurs plus jeunes années. J'encourage à prendre au sérieux les déclarations d'enfance – quand je serai grand je serai propriétaire de manège – les idéaux de l'adolescence – ce serait trop cool d'être détective – les projets écartés – moi je voulais être artiste mais pour mes parents c'était impensable – et encore les pensées magiques – si j'avais de l'argent je créerais ma propre marque.

    manège

    Relire ses rêves

    Certains plongent avec amusement dans l'exercice, d'autres résistent un peu en se demandant à quoi cela pourrait bien servir. Personnellement je suis souvent très touchée de ce que cela produit comme prise de conscience.

    Reconnaître ses réalisations

    Je pense à Mélanie, en difficulté pour se repositionner dans son entreprise suite à une suppression de son service. Au cours de notre échange sur ce qu'elle avait listé je lui fait remarquer que, si elle n'est pas devenue « marchande de livres », elle est très engagée dans l'animation d'une bibliothèque de rue, que par ailleurs une de ses précédentes missions professionnelle avait de nombreuses similitudes avec son rêve de devenir responsable de festival. Cela produit un grand silence. Puis Mélanie reprend la parole : mais alors si j'ai réalisé mes rêves, je peux maintenant imaginer complètement autre chose ! C'était comme une révélation : là où l'avenir lui semblait jusque là bouché, elle ressentait tout à coup un air de liberté, l'horizon se dégageait.

    Découvrir un nouvel horizon

    Je pense aussi à Martin qui était face à une décision difficile à prendre pour la suite de sa carrière. Au cours de l'échange il raconte comment il s'était promis de créer sa propre entreprise avant la quarantaine. Je remarque qu'il a donc accompli son projet. Il s'arrête puis répète : accomplissement, ça c'est important ! Révélation là encore : au moment de prendre une décision difficile, Martin se découvrait fort de ce constat.

    Et vous, en quoi votre vie révèle que vous avez réalisé vos rêves ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie de m'ouvrir un nouvel horizon.

    Je prends RDV avec Paule