Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lycéens Etudiants

  • C'est pas de la magie !

    Quand les clients viennent à ma rencontre ce n’est pas pour discuter, c’est pour que ça change dans leur vie. A la première rencontre ils me demandent souvent si j’ai des outils. Oui bien sûr, autant qu’il en faut pour traiter chacune des difficultés qui se présentent.


    Aujourd’hui j’ai envie de vous en présenter un particulièrement puissant.

    Je l’ai récemment utilisé avec Louane.
    Louane a 8 ans et elle ne va pas bien du tout : tous les symptômes d’une dépression suite à un évènement traumatique.
    Depuis ce jour là, Louane à l’impression que si sa famille ne va pas bien c’est à cause d’elle. Écrasant pour une enfant de 8 ans !

    Les évènements s'ancrent en nous

    J’appelle cela un ancrage. L’évènement traumatique a imprimé une marque en elle, en l’occurrence il a créé un court-circuit : ma famille ne va pas bien, c’est à cause de moi.

    Depuis, à chaque fois que sa famille ne va pas bien… elle a l’impression que c’est à cause d’elle, elle n’a plus envie de rien, elle se déteste. Un temps elle a essayé de lutter contre cette petite voix mais elle n’y est pas arrivée. Et maintenant elle est sûre que cette petite voix a raison.

    Je connais bien ce phénomène et je le lui explique : c’est comme si tu avais appris une vilaine leçon. Elle revient tout le temps. Heureusement tu as appris beaucoup d’autres choses plus agréables alors on va pouvoir se débarrasser de ça.

    Créer de beaux ancrages

    De fait, comme chacun d’entre nous, Louane a appris de très belles choses qui, elles-aussi, se sont imprimées en elle. Avec mon aide elle retrouve une anecdote familiale qui lui a fait dire : ça c’est un bon moment !

    Super, nous avons tout ce qu’il nous faut pour faire de la magie !

    magie

    En même temps que je plaisante, je lui explique : en fait ce n’est pas du tout de la magie. Si tu à la choix entre une impression très désagréable et une belle impression, qu’est-ce que tu choisis ? La belle impression évidemment. Alors on va faire ça. On va te donner le choix et ça va se faire tout seul.

    Désactiver les ancrages préjudiciables

    Le principe est aussi simple que cela : donner le choix au corps et le laisser faire. Quant à la mise en œuvre, c’est mon savoir-faire, le fruit d’un apprentissage très précis et de multiples entraînements.

    Avec Louane nous travaillons en toute transparence. Nous créons deux ancrages symétriques, un pour le poison et un pour la ressource. Puis je la préviens que c’est maintenant : je vais activer les deux ancrages en même temps et ça va se faire tout seul.

    Quelques instants après je demande à Louane si elle a remarqué quelque chose pendant que j’activais les deux ancrages ? Non, mais ça va déjà mieux. Et voilà, tu es une magicienne Louane !

    Et vous, de quel ancrage pénible aimeriez-vous vous débarrasser ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie de retrouver de la légèreté

    Je prends RDV avec Paule

     

  • L'ambiance à la maison

    Quinze heures, Madame, Monsieur et leur fils sonnent à la porte. Elle a pris RDV pour son fils. J’ai demandé à ce qu’ils viennent tous les trois.

    Je les invite à s’installer. Je propose une boisson.

    ambiance

    A peine assise, Madame démarre :
    - Jonas ne travaille pas. Il faut qu’on le suive comme un enfant de 6ème. On fait tout à sa place. Ça nous prend un temps fou et je passe mon temps à crier.

    Tous se mettent à rire et abondent :
    - Le niveau sonore est très élevé à la maison, heureusement que les voisins n’entendent pas.
    Madame déploie un large vocabulaire fleuri. Monsieur donne de la voix pour se faire entendre de son fils à l’étage avec son casque. Quant à Jonas, il est encore tout frêle physiquement mais il a une voix de contrebasse qui doit bien participer !

    Le niveau sonore est élevé entre nous

    J’accueille la bonne humeur et je recentre.

    Pour Madame c’est beaucoup de colère.
    - Colère d’impuissance ?
    - Oui c’est ça. Et de la tristesse aussi.
    - Triste qu’il en soit ainsi ?
    - Oui, quel dommage.
    En fait, elle a peur pour son avenir. J’accueille.

    Je propose à Monsieur d’exprimer ce qu’il en est pour lui.
    - Jonas ne répond pas quand on l’appelle. Il ne fait rien à la maison. Il se croit à l’hôtel. C’est fatiguant, épuisant de crier dans le vide.
    Pour lui aussi c’est de la colère.
    Ce qu’il craint c’est que son fils regrette plus tard et qu’il le lui reproche. J'accueille.

    - Et toi Jonas, comment vis-tu les choses ?
    - Je ne travaille pas assez.
    - C’est vraiment ton avis à toi ?
    - Oui.
    - En même temps s’ils font le boulot à ta place, ça ne donne pas envie de s’y mettre.
    - Ben oui !
    - Pourquoi as-tu accepté de venir ? Qu’est-ce que tu voudrais changer ?
    - Je sais pas.

    - Moi ce que je sais faire c’est accompagner les personnes là où elles ont envie d’aller. Les aider à trouver quoi faire plus tard, à développer leur confiance en elle ou à se mettre au travail. Et toi alors ? Qu’est-ce qui ne te plaît pas ? Qu’est-ce que tu voudrais changer ?
    - Qu’ils arrêtent de crier.
    - OK, je comprends.

    - C’est comment pour toi ? Qu’est-ce que tu voudrais à la place ?
    - Qu’on fassent des choses ensemble, qu’on sorte.
    - Je comprends. C’est triste de tout le temps crier.
    - Oui, c’est ça.

    Je voudrais qu'ils arrêtent de crier

    - J’ai bien compris. Et tu penses que tu peux faire quelque chose pour changer ça ?
    - Oui.
    - Très bien, ça me va. Je peux t’aider.

    - Qu’est-ce que vous dites de cet objectif, Monsieur ?
    - Ça me va.
    - Et vous Madame ?
    - Oui, super.

    - On est d’accord, je ne m’occupe pas du travail à l’école ? L’objectif, c’est bien l’ambiance à la maison ?
    - Oui c’est bien ça.
    - Très bien, ça me va.

    Tous sont d'accord sur l'objectif

    - Nous allons avoir besoin de votre aide pendant l’accompagnement. Il faudra laisser Jonas tranquille avec ce qui se passe ici. C’est notre espace à nous, notre travail, c’est secret.
    - On ne peut pas poser de question ?
    - Pas de question !

    - Il faudra aussi que vous soyez ouverts à ce qui va se passer. Jonas va changer. Êtes-vous prêts à ce qu’il change ?
    - … ?
    - Et oui, ça pourrait vous surprendre. Il va changer ! C’est ok pour vous ?
    - Oui, oui.

    - Avant de vous laisser partir, j’ai encore besoin de vous, les parents. Donnez-moi trois qualités que vous reconnaissez à Jonas.
    - Trois ! Je ne sais pas.
    - Allez, allez, vous allez trouver. Pensez à Jonas en dehors de la famille, à ce que vous dites de lui aux collègues…
    - Serviable mais pas à la maison.
    - Eh oui bien sûr.
    - Poli.
    - Super !
    - Il aide les autres.
    - Merci pour lui.

    Chacun doit faire sa part

    - Et vous Madame ?
    - Serviable c’est vrai. Adaptable. Et facile à vivre partout ailleurs.
    - Super, merci pour lui.
    - Tu te reconnais Jonas ?
    - Oui.
    - Ça fait plaisir de l’entendre ?
    - Oui.

    - J'ai un cadeau pour vous. Je vous propose un travail en parallèle au nôtre. Vous allez continuer votre collection de qualités. Vous pourrez aussi ajouter d’autres points positifs, des bons moments, des progrès… Et je vous invite à la matérialiser pour constater que la collection s’étoffe. Une tirelire avec des pièces, une liste dans un cahier, à vous de trouver.
    - Ah oui, bonne idée.

    - C’est fini pour vous. Je vous propose de nous laisser. Nous allons commencer avec Jonas.

    Lorsque vient le moment de régler la séance, Madame commente :
    - une vraie séance de décrassage !

    Peu après leur départ à tous, je reçois un SMS avec une photo en terrasse.
    - Merci pour tout. Nous fêtons le changement !

    Le changement peut commencer !

    Merci à eux pour leur confiance et bravo d’oser le changement !

    ---

    Quelle a été la suite de l’histoire ?

    Jonas a sincèrement fait sa part pour changer l’ambiance à la maison, travaillant sur son attitude vis à vis des parents (répondre quand on l’appelle, rendre service), sur lui-même (persévérance dans ses bonnes intentions) et se mettant au travail scolaire.

    Jonas a dressé le bilan de son coaching avec l’étoile du changement :
    *  Ce que j’ai créé
    *  Ce que j’ai développé
    *  Ce que j’ai supprimé
    *  Ce que j’ai réduit
    *  Ce que j’ai maintenu
    *  Ce que je vais mettre en œuvre

    - Et maintenant Jonas, de quoi as-tu besoin pour la suite ?
    - Que mes parents arrêtent d’être sur mon dos.

    Madame accepte volontiers l’idée. Monsieur a beaucoup plus de mal.
    -Et oui, je vous avais prévenu : le changement ça peut entraîner du changement ! Jonas a fait sa part. C’est à vous maintenant de faire la vôtre.

    Clin d’œil à Jonas :
    - Si tes parents ne progressent pas suffisamment, tu me les enverras en coaching !
     
    Et vous, y a-t-il une relation où vous êtes dans l'impasse ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie d'améliorer l'ambiance d'une relation

    Je prends RDV avec Paule

     

  • Tous en profitent

    Céline a de multiples casquettes. Elle est cheffe de service et présidente d’une association. Elle fait de la compétition de haut niveau en équipe. Elle est épouse et mère de deux ados.

    Quel est à votre avis le rôle dans lequel elle se remet le plus en question ? Son rôle de mère. Bingo !

    J’observe avec curiosité que les demandes de coaching parental font souvent suite à une recherche sur internet, à des heures improbables. Cela doit être dans un moment de désespoir !

    coaching

    Quand on n'y arrive plus dans son rôle

    Poser ses valises, entendre que c’est pareil pour beaucoup de parents, reformuler ce à quoi on tient… les personnes retrouvent rapidement les ressources qu'elles ont su mettre à profit jusque là. Puis elles reconnaissent qu'elles ne peuvent pas tout pour les relations familiales, heureusement d'ailleurs !

    Apparaît alors l'envie de s'offrir un accompagnement pour elles : voilà un cadeau qui leur ferait du bien ! Et qui sait ? Il se pourrait bien que cela profite aux relations familiales et même aux différents membres de la famille.

    Investir pour soi-même

    Et de fait, c'est souvent ce que les personnes constatent avec le temps. Tandis qu'elles prennent soin d'elles, qu'elles s'appliquent à installer plus de paix à l'intérieur d'elles, elles remarquent que cela s'apaise aussi à la maison.

    C'est la magie du travail personnel. Il dépasse largement les limites de la personne, rayonne autour d'elle et profite à tout son environnement.

    Constater que tous en profitent

    Cela me rappelle un salarié à qui j'avais proposé un accompagnement pour dépasser des crispations qui lui consommaient beaucoup d'énergie. Ses collègues n'étaient pas au courant mais tous ont remarqué : quel changement ! Une personne tellement plus détendue désormais. Les relations en étaient toutes autres, beaucoup plus fluides.

    Et vous, qu'est-ce qui vous accapare plus que de raison ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'en ai marre d'y mettre autant d'énergie

    Je prends RDV avec Paule