Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lycéens Etudiants

  • Besoin de sens

    On a toujours eu tendance à mettre sur le dos des jeunes les nouveaux comportements qui nous dérangent. Anaïs Georgelin* l'illustre à l'aide de citations des millénaires passés. Pourtant ce qu'on dit aujourd'hui des jeunes vis à vis du travail est davantage une question d'époque que de génération. Elle l'affirme et le démontre !

    Le rapport au travail a changé

    De fait, le développement des burn out (cramé), bore out (ennui) et brown out (manque de sens) concerne toutes les classes d'âge.

    De même le développement du freelancing (indépendant, +120 % en 10 ans), du slashing (plusieurs métiers) et du switching (reconversion radicale après de grandes études, 14 % des Bac+5 dans les 2 ans) s'observe pour toutes les générations.

    En 2021 on parlait de « grande démission » au États-Unis et 40 % des travailleurs dans le monde envisageaient de quitter leur emploi dans l'année.

    Une autre idée de la réussite a émergé : être utile et/ou profiter. Hier, le sens au travail était un luxe, aujourd'hui il est essentiel pour beaucoup de gens.

    Le besoin de sens est de plus en plus évoqué

    Coaching besoin de sens.png

    Il y a dix ans, les diplômés des grandes écoles de commerce étaient 2/3 à choisir la finance ou le marketing. Aujourd'hui, ils sont 2/3 à choisir l'entreprenariat et l'impact.

    Cette aspiration à plus de sens au travail n'est pas spécifique de la jeunesse. Toutefois ils s'en donnent plus les moyens car ils sont davantage capables de réduire leurs besoins et ils ont plus confiance dans le fait qu'on les aidera.

    Quelle que soit la génération, les trois motivations au travail qui sortent en tête sont les mêmes :

    • bonne ambiance
    • apprendre et développer de nouvelles compétences
    • possibilité de proposer des idées et des solutions

    Les trois raisons qui font le plus fuir sont également les mêmes pour toutes les générations :

    • manque d'éthique
    • grande entreprise renommée
    • chef qui contrôle tout

    Le constat est le même pour toutes les générations

    De nombreuses motivations sont plus contextuelles que générationnelles :

    • CDI à tout prix (48 % seulement)
    • contribuer aux enjeux de société
    • être inclus dans les décisions
    • que le travail ne s'immisce pas dans la vie privée
    • gagner plus, pas de cadre (11%)

    Quelques motivations sont toutefois davantage générationnelles :

    • un chef exemplaire (surtout les anciens)
    • m'organiser comme je veux (surtout les jeunes)

    Aujourd'hui 61 % des dirigeants se disent prêts à se concentrer sur la réinvention du travail (contre 28 % avant la pandémie). Ils devront prendre en compte le besoin de sens.

    Ce ne sera pas simple car le sens est très personnel (nourri par l'ascension, l'équilibre, la transformation, l'impact, l'introspection) et plus encore, pour chaque personne il varie d'une période à l'autre.

    Le sens au travail est très personnel

    Pour jouer cette indispensable individualisation, il faut des managers qui aiment les gens !

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie de retrouver du sens au travail

    Je prends RDV avec Paule

    (*) Je relate ici sa conférence du 2 décembre 2021 dans le cadre du Club Stratégie et Avenir 

     

  • C'est pas de la magie !

    Quand les clients viennent à ma rencontre, ce n’est pas pour discuter, c’est pour que ça change dans leur vie. A la première rencontre, ils me demandent souvent si j’ai des outils. Oui bien sûr, autant qu’il en faut pour traiter chacune des difficultés qui se présentent.


    Aujourd’hui, j’ai envie de vous en présenter un particulièrement puissant.

    Je l’ai récemment utilisé avec Louane.
    Louane a 8 ans et elle ne va pas bien du tout : tous les symptômes d’une dépression suite à un évènement traumatique.
    Depuis ce jour là, Louane a l’impression que, si sa famille ne va pas bien, c’est à cause d’elle. Écrasant pour une enfant de 8 ans !

    Les évènements s'ancrent en nous

    J’appelle cela un ancrage. L’évènement traumatique a imprimé une marque en elle, en l’occurrence il a créé un court-circuit : ma famille ne va pas bien, c’est à cause de moi.

    Depuis, à chaque fois que sa famille ne va pas bien… elle a l’impression que c’est à cause d’elle, elle n’a plus envie de rien, elle se déteste. Un temps, elle a essayé de lutter contre cette petite voix mais elle n’y est pas arrivée. Et maintenant elle est sûre que cette petite voix a raison.

    Je connais bien ce phénomène et je le lui explique : c’est comme si tu avais appris une vilaine leçon. Elle revient tout le temps. Heureusement tu as appris beaucoup d’autres choses plus agréables alors on va pouvoir se débarrasser de ça.

    Créer de beaux ancrages

    De fait, comme chacun d’entre nous, Louane a appris de très belles choses qui, elles aussi, se sont imprimées en elle. Avec mon aide, elle retrouve une anecdote familiale qui lui a fait dire : ça c’est un bon moment !

    Super, nous avons tout ce qu’il nous faut pour faire de la magie !

    magie

    En même temps que je plaisante, je lui explique : en fait ce n’est pas du tout de la magie. Si tu a le choix entre une impression très désagréable et une belle impression, qu’est-ce que tu choisis ? La belle impression évidemment. Alors on va faire ça. On va te donner le choix et ça va se faire tout seul.

    Désactiver les ancrages préjudiciables

    Le principe est aussi simple que cela : donner le choix au corps et le laisser faire. Quant à la mise en œuvre, c’est mon savoir-faire, le fruit d’un apprentissage très précis et de multiples entraînements.

    Avec Louane, nous travaillons en toute transparence. Nous créons deux ancrages symétriques, un pour le poison et un pour la ressource. Puis je la préviens que c’est maintenant : je vais activer les deux ancrages en même temps et ça va se faire tout seul.

    Quelques instants après, je demande à Louane si elle a remarqué quelque chose pendant que j’activais les deux ancrages. Non, mais ça va déjà mieux. Et voilà, tu es une magicienne Louane !

    Et vous, de quel ancrage pénible aimeriez-vous vous débarrasser ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie de retrouver de la légèreté

    Je prends RDV avec Paule

     

  • L'ambiance à la maison

    Quinze heures, Madame, Monsieur et leur fils sonnent à la porte. Elle a pris RDV pour son fils. J’ai demandé à ce qu’ils viennent tous les trois.

    Je les invite à s’installer. Je propose une boisson.

    ambiance

    A peine assise, Madame démarre :
    - Jonas ne travaille pas. Il faut qu’on le suive comme un enfant de 6ème. On fait tout à sa place. Ça nous prend un temps fou et je passe mon temps à crier.

    Tous se mettent à rire et abondent :
    - Le niveau sonore est très élevé à la maison, heureusement que les voisins n’entendent pas.
    Madame déploie un large vocabulaire fleuri. Monsieur donne de la voix pour se faire entendre de son fils à l’étage avec son casque. Quant à Jonas, il est encore tout frêle physiquement mais il a une voix de contrebasse qui doit bien participer !

    Le niveau sonore est élevé entre nous

    J’accueille la bonne humeur et je recentre.

    Pour Madame c’est beaucoup de colère.
    - Colère d’impuissance ?
    - Oui c’est ça. Et de la tristesse aussi.
    - Triste qu’il en soit ainsi ?
    - Oui, quel dommage.
    En fait, elle a peur pour son avenir. J’accueille.

    Je propose à Monsieur d’exprimer ce qu’il en est pour lui.
    - Jonas ne répond pas quand on l’appelle. Il ne fait rien à la maison. Il se croit à l’hôtel. C’est fatiguant, épuisant de crier dans le vide.
    Pour lui aussi c’est de la colère.
    Ce qu’il craint c’est que son fils regrette plus tard et qu’il le lui reproche. J'accueille.

    - Et toi Jonas, comment vis-tu les choses ?
    - Je ne travaille pas assez.
    - C’est vraiment ton avis à toi ?
    - Oui.
    - En même temps s’ils font le boulot à ta place, ça ne donne pas envie de s’y mettre.
    - Ben oui !
    - Pourquoi as-tu accepté de venir ? Qu’est-ce que tu voudrais changer ?
    - Je sais pas.

    - Moi ce que je sais faire c’est accompagner les personnes là où elles ont envie d’aller. Les aider à trouver quoi faire plus tard, à développer leur confiance en elle ou à se mettre au travail. Et toi alors ? Qu’est-ce qui ne te plaît pas ? Qu’est-ce que tu voudrais changer ?
    - Qu’ils arrêtent de crier.
    - OK, je comprends.

    - C’est comment pour toi ? Qu’est-ce que tu voudrais à la place ?
    - Qu’on fassent des choses ensemble, qu’on sorte.
    - Je comprends. C’est triste de tout le temps crier.
    - Oui, c’est ça.

    Je voudrais qu'ils arrêtent de crier

    - J’ai bien compris. Et tu penses que tu peux faire quelque chose pour changer ça ?
    - Oui.
    - Très bien, ça me va. Je peux t’aider.

    - Qu’est-ce que vous dites de cet objectif, Monsieur ?
    - Ça me va.
    - Et vous Madame ?
    - Oui, super.

    - On est d’accord, je ne m’occupe pas du travail à l’école ? L’objectif, c’est bien l’ambiance à la maison ?
    - Oui c’est bien ça.
    - Très bien, ça me va.

    Tous sont d'accord sur l'objectif

    - Nous allons avoir besoin de votre aide pendant l’accompagnement. Il faudra laisser Jonas tranquille avec ce qui se passe ici. C’est notre espace à nous, notre travail, c’est secret.
    - On ne peut pas poser de question ?
    - Pas de question !

    - Il faudra aussi que vous soyez ouverts à ce qui va se passer. Jonas va changer. Êtes-vous prêts à ce qu’il change ?
    - … ?
    - Et oui, ça pourrait vous surprendre. Il va changer ! C’est ok pour vous ?
    - Oui, oui.

    - Avant de vous laisser partir, j’ai encore besoin de vous, les parents. Donnez-moi trois qualités que vous reconnaissez à Jonas.
    - Trois ! Je ne sais pas.
    - Allez, allez, vous allez trouver. Pensez à Jonas en dehors de la famille, à ce que vous dites de lui aux collègues…
    - Serviable mais pas à la maison.
    - Eh oui bien sûr.
    - Poli.
    - Super !
    - Il aide les autres.
    - Merci pour lui.

    Chacun doit faire sa part

    - Et vous Madame ?
    - Serviable c’est vrai. Adaptable. Et facile à vivre partout ailleurs.
    - Super, merci pour lui.
    - Tu te reconnais Jonas ?
    - Oui.
    - Ça fait plaisir de l’entendre ?
    - Oui.

    - J'ai un cadeau pour vous. Je vous propose un travail en parallèle au nôtre. Vous allez continuer votre collection de qualités. Vous pourrez aussi ajouter d’autres points positifs, des bons moments, des progrès… Et je vous invite à la matérialiser pour constater que la collection s’étoffe. Une tirelire avec des pièces, une liste dans un cahier, à vous de trouver.
    - Ah oui, bonne idée.

    - C’est fini pour vous. Je vous propose de nous laisser. Nous allons commencer avec Jonas.

    Lorsque vient le moment de régler la séance, Madame commente :
    - une vraie séance de décrassage !

    Peu après leur départ à tous, je reçois un SMS avec une photo en terrasse.
    - Merci pour tout. Nous fêtons le changement !

    Le changement peut commencer !

    Merci à eux pour leur confiance et bravo d’oser le changement !

    ---

    Quelle a été la suite de l’histoire ?

    Jonas a sincèrement fait sa part pour changer l’ambiance à la maison, travaillant sur son attitude vis à vis des parents (répondre quand on l’appelle, rendre service), sur lui-même (persévérance dans ses bonnes intentions) et se mettant au travail scolaire.

    Jonas a dressé le bilan de son coaching avec l’étoile du changement :
    *  Ce que j’ai créé
    *  Ce que j’ai développé
    *  Ce que j’ai supprimé
    *  Ce que j’ai réduit
    *  Ce que j’ai maintenu
    *  Ce que je vais mettre en œuvre

    - Et maintenant Jonas, de quoi as-tu besoin pour la suite ?
    - Que mes parents arrêtent d’être sur mon dos.

    Madame accepte volontiers l’idée. Monsieur a beaucoup plus de mal.
    -Et oui, je vous avais prévenu : le changement ça peut entraîner du changement ! Jonas a fait sa part. C’est à vous maintenant de faire la vôtre.

    Clin d’œil à Jonas :
    - Si tes parents ne progressent pas suffisamment, tu me les enverras en coaching !
     
    Et vous, y a-t-il une relation où vous êtes dans l'impasse ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie d'améliorer l'ambiance d'une relation

    Je prends RDV avec Paule