Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Couples

  • Féminin-Masculin mode d'emploi

    Là où l'on parlait hier de modes de fonctionnement différents entre hommes et femmes, il est plus juste aujourd'hui de considérer que ce sont des tendances féminines et masculines puisque nous avons tous une part féminine et une part masculine.

    masculin, féminin

    En chaque personne une part féminine et une part masculine

    Pour autant il reste important de constater ces différences et de les comprendre pour éviter les frustrations explique Paul Dewaendre* :

    • Masculin préoccupé de compétence (atteindre l'objectif efficacement), féminin de relation (être bien ensemble)
    • Masculin très séquentiel, féminin davantage multitâches
    • Masculin factuel, féminin émotionnel
    • Masculin centré sur ses propres besoins, féminin sur ceux des autres
    • Masculin routinier, féminin attiré par la variété

    Les besoins aussi sont différents :

    • dans le couple, lui d'avoir réussi à la rendre heureuse, elle de se sentir unique à ses yeux
    • le féminin de petites attentions régulières (comme on désherbe et arrose un jardin, un peu chaque jour), le masculin qu'on lui fasse confiance (pas de critiques, encore moins en public !)
    • le féminin de compréhension dans les moment difficiles (présence empathique, même si la plainte ressemble à s'y méprendre à de la critique), le masculin d'acceptation qu'il disparaisse dans sa grotte (réussir à se débrouiller seul !)
    • le féminin de prévenance (laisse, je vais le faire), le masculin d'appréciation (comme tu fais ça bien !)

    Des tendances et des besoins différents

    Petit conseil pour le féminin : n'attendez pas que le masculin devine ce que vous voulez : pour lui, « si tu as besoin tu demandes ». Ne lui demandez pas s'il peut faire ceci ou cela. Bien sûr qu'il peut (compétent). Demandez-lui s'il veut bien. Son oui l'engagera. Et si vous n'obtenez que grommellement en guise de réponse, c'est gagné. Il est juste en train de changer de cap après que vous l'ayez détourné du sien (séquentiel).

    Nous avons tendance à donner à l'autre ce que nous voudrions pour nous. C'est dans le couple que les frustrations risquent le plus de s'accumuler mais les attentes et les erreurs sont les mêmes dans toutes les relations, notamment en entreprise.

    Deux langages que chacun gagnera à parler

    Il est donc de plus en plus important de savoir parler les deux langages, féminin et masculin, et de discerner lequel est adapté à chaque personne et chaque situation. Par exemple entre client et fournisseur les rôles sont répartis : fournisseur compétent, soucieux de rendre son client satisfait, client attiré par la variété, enchanté des attentions à son égard, comptant sur la compréhension de son fournisseur…

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie de mieux comprendre ce qui se joue entre nous

    Je prends RDV avec Paule

    (*) Je relate ici sa conférence du 8 septembre 2021 dans le cadre du Club Stratégie et Avenir

     

  • Décoder le non-verbal

    Vos gestes disent tout haut ce que vous pensez tout bas. C'est ce qu'affirme Stephen Bunard* qui en a fait le titre de son livre.

    Nos gestes parlent

    Ceci étant, pour 95 %, notre langage corporel ne peut pas être contrôlé. S'y essayer c'est risquer que cela se retourne contre nous : gestes artificiels moqués et aussi perte de capacités. Nos mains sont l'image de notre cerveau. Les contrôler c'est entraver son fonctionnement. Nos mains précèdent et précisent nos mots. L'expression devient plus difficile quand elles sont attachées dans le dos.

    Coaching décoder.jpeg

    S'appuyant sur une masse de données, la synergologie permet de décoder très finement de très nombreux micro-gestes, mais Stephen Bunard met en garde : l'interprétation est risquée. Qui prétendrait déceler le mensonge serait un menteur ! D'ailleurs il y a des idées fausses sur les bras croisés (pas forcément une fermeture), la direction des yeux, le sourire (90 % sont sociaux, artificiels).

    Pourquoi donc s'y intéresser alors ? Pour développer notre empathie en aiguisant notre capacité à voir, pour améliorer la relation en questionnant, pour développer la confiance et renforcer la coopération.

    Aiguisons notre capacité à les voir

    A quoi prêter attention ?

    • La bouche, zone la plus spontanée, premier point de fuite des non-dits (par exemple les lèvres rentrées, je ne dis pas tout)
    • Les axes de tête, manifestant un désir de lien (profil gauche) ou d'analyse (droit), révélant tension (penchée à droite, vigilance) et détente (penchée à gauche, je suis bien)
    • Les auto-contacts, signes d'inconforts (grattage, une tension qui nous démange ; caresse, un désir d'attirer l'attention)
    • Les yeux dont les rafales de clignement manifestent une émotion, les coups de sourcil, les sujets importants
    • Les mains, dont la hauteur manifeste le degré d'implication, la main droite, l'organisation, la gauche, l'affect

    Pour les comprendre, imitons-les !

    Nul besoin d'apprendre la signification de tous ces signes. L'important est de les remarquer. Quant à les comprendre, il suffit souvent de les imiter pour que leur sens monte à notre conscience. Essayez, ça marche !

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie de cultiver mon intelligence émotionnelle

    Je prends RDV avec Paule

     

    (*) Je relate ici sa conférence du 28 octobre 2021 dans le cadre du Club Stratégie et Avenir

  • Décision difficile

    Marthe vient me voir pour l’aider à prendre une décision. Elle est installée depuis quelques années dans une relation qui n’a pas d’avenir. Elle hésite à partir. La solitude l’effraie.

    Elle est sujette aux vertiges depuis quelques temps. Elle en voit bien la symbolique : est-ce que là où je suis c’est positif pour moi ? Souffrance à l'idée de rester dans cette relation, souffrance à l'idée d'y mettre fin.

    Décission difficile- coaching décission.jpg

    Je l’invite à approfondir ce malaise puis à préciser ce qu’elle voudrait vivre à la place. Par petites touches elle parvient à ressentir et formuler ce qu’elle aimerait dire dans quelques temps : j’avance doucement et je ressens pleinement.

    Le jour de la séance suivante elle m’appelle à l’heure dite, affolée. Elle vient de réaliser que, la veille au soir, elle avait mal relu l’heure de son RDV. Quand elle arrive en retard elle dit avoir bien compris que son inconscient venait de lui jouer un tour. Et c’est vrai : une part d’elle n’a pas envie d’avancer vers une décision. Mais moi je veux avancer, dit-elle avec force ! Malgré son retard le travail a déjà commencé. Il a même bien avancé !

    Accueillir les résistances

    Je l’invite à se poser et à accueillir avec bienveillance cette part qui, jusque là, l’empêche de décider. Je lui propose de prendre le temps de comprendre ce qui se passe pour elle. Je l’accompagne à la découverte de l’intention positive inconsciente de cette part. En quoi cette part veille sur elle, prend soin d’elle et probablement depuis longtemps ? Peu à peu Marthe se laisse toucher, jusqu’à découvrir à quel point c'était important à l’époque que cette part prenne soin d'elle. Elle comprend combien elle lui doit d’avoir toujours été là pour elle. Elle l’en remercie.

    Lors des séances suivantes, Marthe apporte des ressentis désagréables : l’impression d'échec, le sentiment d’abandon, le découragement. Elle reconnaît que cela n’est pas nouveau dans son histoire. Alors je l’accompagne à recontacter les moments où ces ressentis se sont installés en elle, des situations oubliées de son passé où elle avait manqué de ressource pour faire face à ce qui lui arrivait.

    Réparer des blessures anciennes

    Progressivement elle développe de la compassion pour la jeune femme ou la petite fille. Elle apprend à prendre soin d’elle, à lui apporter les ressources qui avaient manqué à l’époque. Elle revit son histoire en quelque sorte et elle en ressent beaucoup de bienfaits, dans le passé et aussi dans le présent.

    Pas à pas, Marthe prend soin d’elle, jusqu’au jour où elle m’annonce avec un grand sourire, que sa décision est prise et qu’elle en ressent un grand soulagement. Elle m'indique qu'elle se laisse du temps pour la mettre en œuvre.

    L'accompagnement arrive à son terme et c’est donc le moment de faire le bilan. Elle confirme que cela se passe comme elle l’avait souhaité : j’avance doucement et je ressens pleinement.

    Consolider les nouvelles ressources

    Il reste à consolider ces nouvelles ressources. Je lui propose de préparer le moment où elle rentrera en fin de journée dans son nouvel appartement, qu’elle puisse se sentir vraiment forte de ses nouvelles capacités. Nous visitons cette situation, le lieu, ce qu’elle fera, ses capacités, ses valeurs, qui elle sera dans ce moment là. Elle le ressent avec intensité : j’ai le sourire, je suis sereine et fière d’avoir réussi. Je suis une femme qui s’assume, reliée à toutes les femmes qui ont fait ce chemin. Dans cette scène elle visualise une belle statue de femme qu’elle a ramené de voyage il y a des années en arrière et qu’elle avait oubliée. Tout sûr, elle va la retrouver et elle l'installera dans son nouvel appartement.

    Et vous, quelle décision voudriez-vous réussir à prendre ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie de décider ce qui est bon pour moi

    Je prends RDV avec Paule