Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Avez-vous demandé ?

Curieux comme nous avons parfois tendance à regretter une situation sans même avoir imaginé la transformer. Bien sûr nous ne pouvons rien à la couleur du ciel lorsque nous ouvrons les volets le matin. En revanche nous avons le choix de la réaction. Si, si...

pluie

Quand ce n'est pas confortable...

Je me rappelle de cet automne où il ne cessait de pleuvoir, énormément, depuis plusieurs semaines. Cela occupait les conversations. Tout le monde se plaignait. Moi-même, alors qu'objectivement cela ne me gênait pas du tout puisque j'étais à l'abris et que je n'avais pas besoin de sortir, à chaque fois que j'entendais la pluie redémarrer, que je voyais les trombes d'eau par la fenêtre, une plainte m'échappait. Je me suis rendue compte de cet automatisme et j'ai décidé de le briser. Je me suis inventée une autre réaction et je me suis mise à jouer. A chaque fois que la pluie redémarrait de plus belle je levais les bras et m'exclamais : « Incroyable, toute cette eau qui tombe du ciel, comme c'est généreux ! » Je ne pouvais rien à la météo mais j'avais le pouvoir de me faire rire et ça me faisait du bien.

... accueillir la réalité...

Vous allez dire qu'il n'y avait là aucun enjeu. C'est vrai. J'ai juste choisi de rire au lieu de pleurer avec le ciel. Si je raconte cette anecdote c'est pour en venir à d'autres situations où il suffirait parfois d'à peine plus pour transformer complètement leur impact sur nous.

Je pense à ces interventions à l'université qu'un collègue m'avait proposées. Il ne pouvait plus les assurer et m'avait recommandée pour prendre sa suite. Il m'avait tout expliqué, les contraintes à respecter et aussi que cela se passait en amphithéâtre. J'ai accepté le défi mais cette dernière condition me travaillait. Comment allais-je pouvoir animer à ma façon dans une telle configuration ? Pendant plusieurs séances j'ai déployé des trésors d'ingéniosité, j'ai mis beaucoup d'énergie... et puis je me suis rendue à l'évidence : je m'épuisais pour un piètre résultat. Comme il restait de nombreuses séances et que je manquais de courage j'ai décidé de demander si un aménagement était possible : « Bien sûr, je vais vous trouver des salles adaptées. » En moins d'une heure tout était réorganisé pour l'année et je suis restée stupéfaite : pourquoi n'avais-je pas imaginé plus tôt que ce soit possible de faire autrement ? Pourquoi avais-je tout accepté sans rien oser demander ?

... et croire en sa capacité de transformer la situation

Et vous quelle est cette situation qui vous coûte ? Quelle modification pourrait la rendre plus confortable ? Avez-vous demandé ?

 

Paule Terreaux
www.pauleterreaux.fr

J'ai envie d'oser davantage.

Je prends RDV avec Paule

Écrire un commentaire

Optionnel