Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Paule Terreaux - Page 2

  • Y compris à distance

    Lorsque les gens prennent des nouvelles de mon activité professionnelle ils me demandent souvent quel est mon périmètre géographique. Je comprends qu'ils veulent savoir jusqu'où je vais.

    Un travail sur soi commence par un déplacement

    La question ne s'est pas encore vraiment posée pour moi. De fait, puisque je fais surtout de l'accompagnement individuel, ce sont plutôt les gens qui viennent à moi. Symboliquement c'est important que ce soit eux qui se déplacent.

    Je n'élude pas pour autant la question : mes patients et clients viennent de toute la Lorraine. Ils font parfois plus d'une heure de route. Certains viennent même de plus loin car les entreprises qui me font confiance m'adressent des personnes de tout le Grand Est. Mon périmètre ne s'arrête pas là car mes collègues et amis de longue date pensent à moi pour leurs enfants ou les enfants de leurs amis. Alors nous utilisons les moyens modernes pour travailler à distance, d'une ville de France à l'autre et même de Berlin à Pont-à-Mousson ! 

    Skype

    Tout de même, n'est-ce pas moins qualitatif ?

    L'accompagnement peut se faire à distance

    Qu'il s'agisse de coaching ou d'accompagnement thérapeutique, tout reste possible avec la distance. S'il y a intérêt à utiliser du matériel ou encore à travailler dans l'espace, on peut s'en donner les moyens. 

    Oui mais la relation elle-même, ce qui transpire de manière parfois très discrète ?

    Nos capacités de relation
    ne s'embarrassent pas de la distance

    Je crois sincèrement qu'une très belle relation est possible, même au téléphone. Bruno n'y croyait pas mais il a eu l'occasion de l'expérimenter le jour où il a raté son train. De tout le coaching, c'est la séance qui l'a le plus marqué. Quant à Sylvette, elle a été surprise que je remarque son changement de posture au moment précis où elle bougeait*.

    Nos capacités de relation sont bien plus grandes que nous le croyons et elles dépassent nos 5 sens. Quel est votre plus beau souvenir d'une telle relation ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    (*) Voir le billet : Ça s'entend vous dis-je !

     

  • Ça s'entend vous dis-je !

    Ceux qui font de la radio le savent : le sourire s'entend.

    Soigner sa communication

    C'est donc une habitude à prendre : avant de passer à l'antenne, accrocher son sourire. Ce qui est agréable, c'est qu'en quittant l'antenne le sourire reste bien souvent installé. En souriant on a gagné en bonne humeur. Pas étonnant que les auditeurs l'aient entendu !

    J'évoque souvent cet exemple dans mes accompagnements.

    Y travailler en coaching

    Par exemple pour mettre en garde les jeunes en recherche d'emploi : préparez-vous avant de téléphoner et surtout ne répondez pas au téléphone si vous êtes encore au lit en fin de matinée. Ça s'entend !

    Studio d'enregistrement. Le jeune garçon hurle au micro.

    C'est aussi pour encourager un entrepreneur qui doit rappeler un mauvais payeur pour obtenir son règlement : ne restez pas assis à votre bureau, levez-vous. Votre interlocuteur entendra votre assurance.

    Et encore à une personne que j'accompagnais par téléphone : je vous invite à décroiser les jambes. Effectivement elle venait de les croiser, sans s'en rendre compte, alors que nous avions évoqué l'importance de les décroiser pour que le travail avance mieux. Je ne suis pas magicienne. Cela s'entendait dans ce qu'elle exprimait.

    Adapter sa posture

    Ainsi la posture que nous adoptons s'entend et cela influe positivement sur la qualité de l'échange. Cela vaut le coup de se préparer et de choisir, non ?

    Attention, ça marche aussi dans l'autre sens. Ne décrochez pas le téléphone si vous êtes très énervé de ce qui vient de vous arriver ! Il y a aussi cet agacement d'être encore dérangé par une démarche publicitaire... sauf que cette fois c'est un client potentiel ou un ami dans la peine.

    Ça s'entend vous dis-je ! Et aussi tout ce qui vous entoure quand vous décrochez.

    Et vous, quelle est cette démarche pour laquelle vous allez prendre soin de votre posture ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

  • Les étapes de l'alchimie

    Tandis que l'aspiration à être heureux progresse partout dans le monde, le désenchantement n'a jamais été aussi grand. Pour transformer la situation Olivier Berut* propose de suivre les étapes de l'alchimie : l'œuvre au noir, l'œuvre au blanc, l'œuvre au rouge.

    Alchimiste dans son atelier

    L'œuvre au noir

    C'est le désenchantement face aux ruptures écologique, digitale, économique, de la complexité et du sens.

    Face à ce constat, les trois principales tentations sont :

    • la peur (tendance à mettre la tête dans le sable)
    • le cynisme (tendance à profiter)
    • l'égoïsme (recherche de distraction)

    Remarquons que ce ne sont ni plus ni moins que les trois ennemis de toujours dans chacune des cultures.

    L'œuvre au blanc

    Elle passe par une reconquête personnelle, car « le premier devoir de l'empereur c'est d'aller bien » (proverbe chinois).

    Cette reconquête est triple :

    • éloge de la beauté : tâchons de nous émerveiller
    • éloge de la sagesse : tâchons d'en faire quelque chose de bon
    • éloge du courage : passons à l'action

    La encore on reconnaît les grandes figures de toutes les cultures.

    Olivier Berut évoque une spiritualité pour agir et nous encourage à nous donner les moyens d'être en forme en rythmant, en ritualisant notre vie avec ce qui nous fait du bien.

    L'œuvre au rouge

    Elle consiste à créer du collectif :

    • mettre en commun les talents individuels (coopération)
    • créer de la valeur pour tous et pour chacun (intelligence collective)
    • pratiquer le co-contrôle (mesurer la performance collective)

    Les organisations deviennent ainsi complexes, vivantes et guidées par le sens, comme le vol d'oiseaux migrateurs qui sait d'où il vient et où il va et qui s'adapte à tout ce qui se passe en vol.

    Choisir la vie

    Et vous personnellement, où en êtes-vous du désenchantement, de la reconquête personnelle et de l'investissement dans le collectif ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr


    (*) je résume ici sa conférence dans le cadre du Club Stratégie et Avenir le 30 mai 2018 : Le ré-enchantement de l'entreprise... et puis quoi encore ?