Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Thérapeutique

  • Se remettre en route

    Message de Loïc :

    Bonjour. Je viens de commencer ma première année de fac mais je me sens perdu. Je n'ai pas de projet professionnel et je ne sais pas vraiment ce qui me plait. J'ai aussi tendance à perdre confiance en moi et à angoisser au sujet de mes études ou de mon avenir. J'aimerais recevoir votre aide. Merci.

    Je réponds :

    Bonsoir Loïc. Je vous accompagnerai avec plaisir. Je vous propose un premier RDV qui nous permettra de faire connaissance et de préciser à quoi pourrait ressembler cet accompagnement. A bientôt.

    Le jour dit, Loïc se connecte depuis Angers. Il m’explique :

    Je voulais faire une année de césure après mon bac, pour faire des stages, voyager, apprendre les langues. L’idée c’était de me laisser le temps de découvrir ce que je veux faire plus tard. Mais avec le crise sanitaire j’ai dû renoncer. J’ai commencé des études à l’université. J’aime apprendre et ça se passe bien, mais ça ne m’intéresse pas pour plus tard. Je n’ai pas envie d’un métier derrière l’ordinateur. Depuis septembre je n’ai eu qu’un mois de cours. Maintenant je suis tout seul en visio toute la journée.

    Perdu et déprimé

    Je prends le temps d’accueillir : comment vit-il tout ça ? Déprimé. J’explique comment je peux l’aider. Il est motivé alors on commence tout de suite. Je propose un petit travail pour faire connaissance avec lui et sa représentation des métiers. Puis, en attendant la prochaine séance, je l’invite à décider de trois petits pas pour sortir de sa déprime :

    • Je vais sortir régulièrement, prendre le temps d’aller courir.
    • Je vais reprendre une activité manuelle, la peinture.
    • Je vais remettre des relations dans ma vie, retrouver des amis en vrai.

    Super !

    Coaching d'orientation Se remettre en route.jpg

    Reprendre en main son quotidien

    A chaque début de séance je demande à Loïc : quel est l’objectif pour aujourd’hui ? Orientation. Très bien.

    On prend le temps de brasser une cinquantaine de métiers de toutes sortes. C’est seulement un prétexte pour ressentir ce qui l'attire, ce qui le repousse. Il aime le contact avec la matière, ce qui est utile, manuel ou artistique.

    Encore un peu de temps sur ses talents, ses passions, à quoi ressemble une vie réussie.

    Il arrive à la quatrième rencontre avec trois idées : pâtissier, tourneur-fraiseur ou peintre en bâtiment. Étonnante diversité ! On prend le temps d’en discuter. A la fin de la séance il pleure, content d’avoir retrouvé ces pistes qu’il avait perdues de vue.

    Je fais un beau métier !

    Renouer avec ses intuitions oubliées

    Est-ce le temps de choisir ? Non, pas encore, il a le temps d’explorer encore d’ici la rentrée de septembre.

    A la sixième séance, comme à chaque fois j’interroge Loïc : quel est l’objectif aujourd’hui ? Confiance en moi. Ah, très bien.

    Les partiels approchent. Il a peur de bloquer sur ses copies comme l’année dernière. On y travaille. Dissoudre ce vilain ancrage.

    J’ai l’impression de déranger quand je me lance dans quelque chose de nouveau. On réactive ses ressources.

    Les autres pensent que je suis sage et studieux mais ce n’est pas moi. Tiens donc, y aurait-il un Loïc caché à libérer ? Ça pourrait être utile pour les métiers visés.

    Je suis trop souvent prisonnier de mes mauvaises pensées. On redonne de la capacité d’agir.

    Restaurer sa confiance en soi

    Je suis très impressionnée de ce que je vis avec Loïc. A peine 18 ans et le voilà qui mène son travail pas à pas avec beaucoup de discernement, d’application et de persévérance.

    Tandis que nous prenons le temps de remettre en état ses belles capacités qui ont été abîmées par la vie, il explore activement chacune des pistes de métier, il trouve des stages et il continue à prendre soin de son moral en cherchant à se rendre utile à la boulangerie du coin.

    Quel bel investissement que ce travail ! Non seulement en septembre il saura vraiment pourquoi il s’engage vers le métier choisi, non seulement il sera fort pour réaliser son apprentissage, mais en plus il aura pris une sacrée longueur d’avance pour ce qui est de son épanouissement. Chapeau !

    Investir pour son épanouissement

    On a toute la vie devant soi pour faire un tel travail, j’en suis témoin. D’un côté il n’est jamais trop tard, j’ai beaucoup de clients plus âgés que moi. Et de l’autre il n’est jamais trop tôt, j’ai beaucoup de plaisir à accompagner les jeunes, beaucoup de tendresse pour eux.

    Et vous, dans quel domaine avez-vos besoin pour vous remettre en route ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie d'investir en moi

    Je prends RDV avec Paule

  • La vie est ...

    Au quotidien nous sommes souvent accaparés par le matériel, les choses à faire, les relations à gérer... Ce n'est que plus rarement que nous philosophons. Et pourtant, l'air de rien, nos façons de penser et d'agir sont influencées par les représentations que nous nous faisons de la vie.

    Nos représentations de la vie influencent nos pensées et comportements

    Besoin d'exemple ? Inspirons-nous par exemple du cinéma : « La vie est un long fleuve tranquille », « La vie est belle », deux bien belles affirmations. La première est pointée comme étant trop naïve, la deuxième est au contraire une décision de positiver.

    Et vous, quelles sont vos représentations de la vie ? A vous interroger vous découvrirez probablement qu'elles sont anciennes et même, peut-être, qu'elles vous ont été transmises en héritage.

    Elles nous accompagnent depuis l'enfance

    Et c'est là qu'il faut bien le reconnaître, les fées qui se sont penchées sur notre berceau et nos jeunes années n'ont pas toujours déposé des représentations idylliques. Parfois j'en entends même des terribles dans la bouche des personnes que j'accompagne. Je préfère ne pas les répéter tant elles font mal.

    berceau

    Il ne s'agit pas de juger, ni les personnes qui nous les ont transmises, ni le crédit que nous leur avons accordé. Ces représentations ont eu leur raison d'être à l'époque où nous les avons reçues ou forgées et elles nous ont probablement aidé à grandir dans l'environnement qui était le nôtre.

    Elles ont eu leur raison d'être

    En même temps, nous ne sommes pas obligés de continuer à les porter, telles un vêtement trop raide qui contraint nos façons d'être. Nous pouvons donner des coups de ciseaux dedans pour retrouver plus de liberté. Nous pouvons même les démonter et, avec ce tissu, avec des pièces complémentaires éventuelles, créer un nouveau vêtement à notre goût. Peut-être aurons-nous besoin de l'aide d'un tiers, voire d'un professionnel.

    Nous pouvons les transformer pour plus de vie

    Personnellement je reste reconnaissante pour la représentation dont j'ai hérité. Elle m'a incité à me donner des moyens pour être heureuse. Mais je préfère celle qui me porte aujourd'hui :« La vie est un cadeau ». C'est ce qui motive mon engagement professionnel : offrir cela au plus grand nombre.

    Comment trouvez-vous vos représentations ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie de voir les choses autrement.

    Je prends RDV avec Paule

     

  • Prendre soin de soi

    Mes clients et patients arrivent généralement avec beaucoup de jugement sur eux-même. Ils s'en veulent d'en être encore là malgré leur volonté de transformation. Or, si au départ le jugement a pu les piquer au vif et les stimuler, à ce stade il leur fait mal et les démobilise. Il est un obstacle au progrès.

    Le jugement démobilise

    J'accueille.

    Un jour les barrières du jugement et de la culpabilité s'effondrent, les voix qui sifflent « il faut », « je dois » se taisent. Alors une grande porte s'ouvre. Les ressources bloquées jusque là peuvent produire leurs effets et la transformation commence, parfois impressionnante.

    Je salue.

    Puis, pour aller vraiment plus loin, vient le moment d'apprendre à prendre soin de soi. Les personnes sont souvent surprises quand j'évoque cette idée. Elles ont besoin de temps pour en comprendre l'intérêt et pour l'apprivoiser. Elles ont si longtemps pratiqué l'inverse.

    Choisir la bienveillance envers soi-même

    J'accompagne... parfois en proposant de symboliser cette posture pour ancrer les progrès.

    Bertrand rêvait de changer de métier, de quitter son entreprise et de créer son activité. S'il avait réussi à formuler ce rêve, il était loin de se croire capable de le réaliser. Alors je lui ai proposé d'adopter un chat, en l'occurrence une jolie petite tirelire que je lui ai recommandé de placer bien en vue.

    S'encourager en soulignant ses progrès

    Tirelire Chat

    Prendre soin de son chat, c'était y mettre une petite pièce d'un centime dès qu'il faisait quelque chose allant dans le sens de son projet :
    • A chaque fois qu'il se préparait à son futur métier, une petite pièce,
    • A chaque fois qu'il nourrissait sa confiance en lui, une petite pièce,
    • A chaque fois qu'il était content de sa journée, content de lui... vite, une petite pièce !

    Constater sa transformation

    Le stock de petites pièces était grand, la tirelire pouvait en contenir plus encore... mais un jour cela n'a plus été nécessaire de la remplir. Bertrand avait tant et si bien pris soin de son rêve, de son projet, de sa confiance en lui, qu'il était prêt à passer à l'action.

    Et vous, de quoi pourriez-vous prendre soin pour prendre soin de vous ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie de prendre soin de moi.

    Je prends RDV avec Paule