Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Thérapeutique

  • Le handicap fait avancer la société

    On ne peut pas décider de prime abord qu'un être humain ne pourra pas prendre sa place dans la société. De cette idée, née en France au XVIIIème siècle, découlera la création de l'instruction des enfants handicapés (aveugles, sourds, autistes).

    Chaque être humain a une place à prendre dans la société.

    Pour autant la France a pris beaucoup de retard à partir du XIXème siècle, choisissant au nom de sa culture catholique, de faire la charité aux handicapés, de les payer en comptant sur eux pour ne pas réclamer.

    Dans d'autres pays à culture protestante, on a cherché à faire évoluer l'environnement pour permettre à chacun de réaliser son destin et si beaucoup de personnes handicapées sont pauvres, les procès pour faire avancer les aménagements sont courants.

    coaching, handicap

    Hamou Bouakkaz*, aveugle de naissance, témoigne d'avoir pu tracer sa route et trouver sa place grâce à l'assurance tout risque fournie par ses parents : « si tu montes on te poussera, si tu tombes on te portera, si tu as un problème il y aura toujours à manger pour toi à la maison. » Pour lui, seul le manque d'amour est un handicap vraiment difficile à surmonter.

    Les évènements sont neutres. A chacun de choisir ce qu'il en fait.

    Fort de son expérience, il constate et revendique :

    • Si l'inclusion peut être formidable, elle peut aussi être un vrai piège.
    • La discrimination positive c'est bien si et seulement si ça débouche sur le droit commun.
    • C'est celui qui a un écart à la norme qui doit trouver comment le gérer, quitte à devenir un centre de recherche ambulant !
    • Car si celui qui a un écart à la norme rencontre des obstacles, il suscite aussi beaucoup de bienveillance.
    • Laissons lui la liberté de choisir quand il souhaite se débrouiller seul et quand il veut de l'aide.
    • Moyennant quoi le handicap fait avancer la société : il rend créatif et permet de développer des solutions originales.

    Le handicap rend créatif et permet de développer des solutions originales.

    Soyons-en convaincus car demain le handicap sera majoritairement acquis en cours de vie. Et si, grâce à la technologie, des handicaps tels la cécité ne sont plus si difficiles à vivre aujourd'hui, d'autres le sont beaucoup plus tels les handicaps psychiques.

    Et vous, que faites-vous de vos handicaps ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie de surmonter mes difficultés

    Je prends RDV avec Paule

     

    (*) je résume ici sa conférence dans le cadre du Club Stratégie et Avenir le 15 octobre 2020.

  • Se remettre en route

    Message de Loïc :

    Bonjour. Je viens de commencer ma première année de fac mais je me sens perdu. Je n'ai pas de projet professionnel et je ne sais pas vraiment ce qui me plait. J'ai aussi tendance à perdre confiance en moi et à angoisser au sujet de mes études ou de mon avenir. J'aimerais recevoir votre aide. Merci.

    Je réponds :

    Bonsoir Loïc. Je vous accompagnerai avec plaisir. Je vous propose un premier RDV qui nous permettra de faire connaissance et de préciser à quoi pourrait ressembler cet accompagnement. A bientôt.

    Le jour dit, Loïc se connecte depuis Angers. Il m’explique :

    Je voulais faire une année de césure après mon bac, pour faire des stages, voyager, apprendre les langues. L’idée c’était de me laisser le temps de découvrir ce que je veux faire plus tard. Mais avec le crise sanitaire j’ai dû renoncer. J’ai commencé des études à l’université. J’aime apprendre et ça se passe bien, mais ça ne m’intéresse pas pour plus tard. Je n’ai pas envie d’un métier derrière l’ordinateur. Depuis septembre je n’ai eu qu’un mois de cours. Maintenant je suis tout seul en visio toute la journée.

    Perdu et déprimé

    Je prends le temps d’accueillir : comment vit-il tout ça ? Déprimé. J’explique comment je peux l’aider. Il est motivé alors on commence tout de suite. Je propose un petit travail pour faire connaissance avec lui et sa représentation des métiers. Puis, en attendant la prochaine séance, je l’invite à décider de trois petits pas pour sortir de sa déprime :

    • Je vais sortir régulièrement, prendre le temps d’aller courir.
    • Je vais reprendre une activité manuelle, la peinture.
    • Je vais remettre des relations dans ma vie, retrouver des amis en vrai.

    Super !

    Coaching d'orientation Se remettre en route.jpg

    Reprendre en main son quotidien

    A chaque début de séance je demande à Loïc : quel est l’objectif pour aujourd’hui ? Orientation. Très bien.

    On prend le temps de brasser une cinquantaine de métiers de toutes sortes. C’est seulement un prétexte pour ressentir ce qui l'attire, ce qui le repousse. Il aime le contact avec la matière, ce qui est utile, manuel ou artistique.

    Encore un peu de temps sur ses talents, ses passions, à quoi ressemble une vie réussie.

    Il arrive à la quatrième rencontre avec trois idées : pâtissier, tourneur-fraiseur ou peintre en bâtiment. Étonnante diversité ! On prend le temps d’en discuter. A la fin de la séance il pleure, content d’avoir retrouvé ces pistes qu’il avait perdues de vue.

    Je fais un beau métier !

    Renouer avec ses intuitions oubliées

    Est-ce le temps de choisir ? Non, pas encore, il a le temps d’explorer encore d’ici la rentrée de septembre.

    A la sixième séance, comme à chaque fois j’interroge Loïc : quel est l’objectif aujourd’hui ? Confiance en moi. Ah, très bien.

    Les partiels approchent. Il a peur de bloquer sur ses copies comme l’année dernière. On y travaille. Dissoudre ce vilain ancrage.

    J’ai l’impression de déranger quand je me lance dans quelque chose de nouveau. On réactive ses ressources.

    Les autres pensent que je suis sage et studieux mais ce n’est pas moi. Tiens donc, y aurait-il un Loïc caché à libérer ? Ça pourrait être utile pour les métiers visés.

    Je suis trop souvent prisonnier de mes mauvaises pensées. On redonne de la capacité d’agir.

    Restaurer sa confiance en soi

    Je suis très impressionnée de ce que je vis avec Loïc. A peine 18 ans et le voilà qui mène son travail pas à pas avec beaucoup de discernement, d’application et de persévérance.

    Tandis que nous prenons le temps de remettre en état ses belles capacités qui ont été abîmées par la vie, il explore activement chacune des pistes de métier, il trouve des stages et il continue à prendre soin de son moral en cherchant à se rendre utile à la boulangerie du coin.

    Quel bel investissement que ce travail ! Non seulement en septembre il saura vraiment pourquoi il s’engage vers le métier choisi, non seulement il sera fort pour réaliser son apprentissage, mais en plus il aura pris une sacrée longueur d’avance pour ce qui est de son épanouissement. Chapeau !

    Investir pour son épanouissement

    On a toute la vie devant soi pour faire un tel travail, j’en suis témoin. D’un côté il n’est jamais trop tard, j’ai beaucoup de clients plus âgés que moi. Et de l’autre il n’est jamais trop tôt, j’ai beaucoup de plaisir à accompagner les jeunes, beaucoup de tendresse pour eux.

    Et vous, dans quel domaine avez-vous besoin d'aide pour vous remettre en route ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie d'investir en moi

    Je prends RDV avec Paule

  • Combien faudra-t-il de séances ?

    La question m'est souvent posée par la personne qui sollicite un accompagnement. Je choisis de plus en plus souvent de ne pas y répondre. Ou plutôt j'interroge : qu'aviez-vous imaginé ? Car en effet la réponse dépend beaucoup de ce que la personne vient chercher et, même si elle n'en a pas une idée précise, même si elle n'imagine pas comment je vais pouvoir l'accompagner, elle s'est fait une idée à la mesure de ce à quoi elle se sent prête. A quoi servirait-il que je donne un avis différent ?

    Coaching professionnelle Conbien - Copie2.png

    Chacun sait à quoi il est prêt

    Oui mais si ce n'est pas assez ? Soyez tranquille, dès lors que l'inconscient connaît le nombre de séances dont il dispose il sait très bien s'adapter et boucler le travail dans le temps imparti.

    Le travail se termine dans le temps imparti

    C'est ainsi que nombre de jeunes profitent pleinement d'une séance unique dans le cadre de leur apprentissage ou de leurs études. Ils repartent complètement imprégnés de leur objectif atteint et tout à fait sûr que cela va se confirmer… et la réalité leur donne raison.

    C'est aussi le cas des entrepreneurs en difficulté que j'ai accompagné bénévolement au début de la crise sanitaire. L'association 60000 Rebonds proposait trois séances, de quoi poser un objectif, y travailler et consolider avec un bilan.

    Objectif > Transformation > Consolidation

    Tout de même, n'est-ce pas un peu court pour un pareil enjeu ? C'est vrai, Julien me confia brasser des idées très noires. Il avait déployé de très grands moyens dans un projet qui lui tenait beaucoup à cœur. Il avait donné beaucoup de lui-même et l'échec se profilait. Et pourtant, trois rencontres suffirent amplement.

    A la fin de la première séance il avait déjà réalisé qu'il était en train de passer à côté de sa vie en persévérant dans ce projet et qu'il devait passer la main. A la deuxième, il avait des solutions et même le projet semblait rebondir ! En arrivant à la troisième séance il rayonnait et voulait trouver les moyens de rester dans cette belle énergie.

    La transformation est d'autant plus profonde et durable que le travail est long

    Bien sûr la transformation est différentes lorsque l'on dispose de plus de temps : plus profonde, plus durable… Parfois c'est le contexte qui n'en donne pas la possibilité, parfois c'est la personne qui ne se sent pas prête à cela. Qu'importe, je me réjouis de constater qu'elle obtient juste ce qu'elle est venue chercher.

    Et vous, quels moyens êtes-vous prêt à investir dans une transformation ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie d'avancer

    Je prends RDV avec Paule