Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/01/2019

L'image, le son et même l'odeur

Qu'il s'agisse d'un coaching ou d'un accompagnement thérapeutique, je propose toujours à la personne de commencer par préciser ce qu'elle souhaite obtenir dans ce travail.

Il ne s'agit pas de détailler ce qui ne lui convient pas, pourquoi, comment, depuis quand... Non, l'idée est de se projeter dans le futur pour décrire comment ce sera pour elle quand elle aura atteint son objectif. Il y aura probablement une phrase pour le dire : une affirmation de ce qu'elle est devenue, de ce qu'elle ressent, de ce qu'elle fait à ce moment là.

J'aide la personne à le découvrir, à le décrire. Il apparaît souvent une image et progressivement la personne perçoit ce qui se passe autour d'elle et en elle. Elle goûte le plaisir de l'objectif atteint comme si elle y était, elle remarque ce que cela lui apporte au delà de ce qu'elle vient chercher.

Paysage lumineux

C'est également très agréable pour moi qui accompagne : j'y suis avec eux, devant cet horizon lumineux, au sommet à admirer les montagnes et parfois dans un lieu précis qui en dit long sur leurs aspirations alors qu'ils disaient justement être perdus, ne plus savoir vers quoi aller.

Quand le terme du voyage est aussi attirant, c'est sûr, la transformation est déjà en route !

Et vous quel progrès aimeriez-vous rêver ?

Paule Terreaux
www.pauleterreaux.fr

17/12/2018

Pas sans moi !

Nous nous appliquons souvent à ligoter ou bâillonner une part de nous qui nous dérange. Et nous y arrivons plutôt bien. Nous la maîtrisons la plupart du temps.

Pourtant ce n'est pas si simple, ce que nous cherchons à éviter ressurgit malgré tout, parfois même de plus en plus souvent ou de plus en plus violemment. Et oui, qui accepterait de se laisser enfermer sans se défendre ?

Chapeau oublié sur une balançoire

Certains pensent pourtant avoir vraiment gagné.

Je pense à Jonathan qui se félicitait d'avoir lutté pied à pied contre son côté réservé. Il avait ainsi beaucoup progressé. Toutefois il se débattait depuis peu avec des crises d'angoisse fréquentes.
De son côté Céline était fière d'avoir complètement réorganisé sa vie, mais voilà qu'elle se retrouvait sans énergie depuis quelques mois.

L'un et l'autre me sollicitaient pour les aider dans ce passage délicat. Au cours du travail, ils ont découvert qu'une part d'eux-même était dans l'angoisse d'être complètement écrasée ou abandonnée. Les difficultés qu'ils rencontraient, c'était un peu comme un appel au secours.

A l'heure où nous redécouvrons que chaque espèce a son importance dans le milieu naturel, nous sommes invités a poser le même regard bienveillant sur chaque part de nous-même, à reconnaître qu'elle a son rôle à jouer, en relation avec les autres. C'est l'harmonie entre toutes qui permet le réel épanouissement.

Lorsque j'accompagne des personnes dans ce travail, je suis toujours très touchée de la paix qui en découle.

Et vous, contre quelle tendance luttez-vous ? Oseriez-vous la regarder avec bienveillance ?

Paule Terreaux
www.pauleterreaux.fr

29/11/2018

Le courage d'être soi

Qu'est-ce qu'être soi et pourquoi est-ce si difficile ?

C'est par cette question que Renée Rivest démarrait sa conférence ce soir là*, avant d'expliquer : notre soi est caché derrière un ensemble de masques qui tiennent lieu de protections. Nous ne sommes que partiellement conscients de ce fait, et des blessures qui nous ont conduit à nous protéger ainsi. On ne peut oser sortir à découvert, être soi, que s'il y a une atmosphère de sécurité autour de soi et en soi. Pas si simple !

Masque

Quels sont les lieux où vous vous sentez suffisamment en sécurité pour être vraiment vous-même ?

Il y a probablement ceux où vous pouvez cesser d'être un ou une professionnelle et vous habiller sans façon, plaisanter sans retenue. En avez-vous également où vous pouvez partager vos regrets, vos doutes, vos espoirs ? Et ces qualités que vous admirez chez les autres, que vous vous pensez incapable de développer, où osez-vous essayer ? C'est une belle façon de prendre soin de soi que de chercher de tels lieux.

Pourtant cela ne suffit pas, comme le dit Renée Rivest. Pour oser être soi il faut aussi une atmosphère de sécurité en soi. Pour reprendre l'exemple des qualités, comment oserez-vous essayer des choses nouvelles si votre juge intérieur vous dévalorise à tout moment ? La sécurité intérieure se cultive** et c'est un magnifique cadeau à se faire, car c'est avec nous-même que nous passons le plus de temps. Et quand elle nous habite, c'est partout que nous en profitons.

Mon exemple ? Je m'étais laissée convaincre que les qualités artistiques ce n'était pas pour moi. Pas facile d'oser leur donner une chance. Et les encouragements des autres ne suffisent pas. Tout de même, je suis en bonne voie.

Et vous, quelle est la facette que vous aimeriez laisser s'exprimer ?

Paule Terreaux
www.pauleterreaux.fr

(*) Conférence "Le courage d'être soi, un magnifique vertige", mardi 31 octobre 2017 dans le cadre du Club Stratégie et Avenir

(**) Il peut être utile de se faire accompagner, de bénéficier de la bienveillance inconditionnelle d'un coach ou d'une thérapeute. Celle-ci installe un climat de sécurité propice à développer sa propre sécurité.