Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Besoin de sens

On a toujours eu tendance à mettre sur le dos des jeunes les nouveaux comportements qui nous dérangent. Anaïs Georgelin* l'illustre à l'aide de citations des millénaires passés. Pourtant ce qu'on dit aujourd'hui des jeunes vis à vis du travail est davantage une question d'époque que de génération. Elle l'affirme et le démontre !

Le rapport au travail a changé

De fait, le développement des burn out (cramé), bore out (ennui) et brown out (manque de sens) concerne toutes les classes d'âge.

De même le développement du freelancing (indépendant, +120 % en 10 ans), du slashing (plusieurs métiers) et du switching (reconversion radicale après de grandes études, 14 % des Bac+5 dans les 2 ans) s'observe pour toutes les générations.

En 2021 on parlait de « grande démission » au États-Unis et 40 % des travailleurs dans le monde envisageaient de quitter leur emploi dans l'année.

Une autre idée de la réussite a émergé : être utile et/ou profiter. Hier, le sens au travail était un luxe, aujourd'hui il est essentiel pour beaucoup de gens.

Le besoin de sens est de plus en plus évoqué

Coaching besoin de sens.png

Il y a dix ans, les diplômés des grandes écoles de commerce étaient 2/3 à choisir la finance ou le marketing. Aujourd'hui, ils sont 2/3 à choisir l'entreprenariat et l'impact.

Cette aspiration à plus de sens au travail n'est pas spécifique de la jeunesse. Toutefois ils s'en donnent plus les moyens car ils sont davantage capables de réduire leurs besoins et ils ont plus confiance dans le fait qu'on les aidera.

Quelle que soit la génération, les trois motivations au travail qui sortent en tête sont les mêmes :

  • bonne ambiance
  • apprendre et développer de nouvelles compétences
  • possibilité de proposer des idées et des solutions

Les trois raisons qui font le plus fuir sont également les mêmes pour toutes les générations :

  • manque d'éthique
  • grande entreprise renommée
  • chef qui contrôle tout

Le constat est le même pour toutes les générations

De nombreuses motivations sont plus contextuelles que générationnelles :

  • CDI à tout prix (48 % seulement)
  • contribuer aux enjeux de société
  • être inclus dans les décisions
  • que le travail ne s'immisce pas dans la vie privée
  • gagner plus, pas de cadre (11%)

Quelques motivations sont toutefois davantage générationnelles :

  • un chef exemplaire (surtout les anciens)
  • m'organiser comme je veux (surtout les jeunes)

Aujourd'hui 61 % des dirigeants se disent prêts à se concentrer sur la réinvention du travail (contre 28 % avant la pandémie). Ils devront prendre en compte le besoin de sens.

Ce ne sera pas simple car le sens est très personnel (nourri par l'ascension, l'équilibre, la transformation, l'impact, l'introspection) et plus encore, pour chaque personne il varie d'une période à l'autre.

Le sens au travail est très personnel

Pour jouer cette indispensable individualisation, il faut des managers qui aiment les gens !

Paule Terreaux
www.pauleterreaux.fr

J'ai envie de retrouver du sens au travail

Je prends RDV avec Paule

(*) Je relate ici sa conférence du 2 décembre 2021 dans le cadre du Club Stratégie et Avenir 

 

Écrire un commentaire

Optionnel