Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Thérapeutique - Page 5

  • Des mots sur les maux

    Elle m’avait aidé à comprendre pourquoi mon fils se grattait sans cesse : « une envie qui le démange ! ». Tout était rentré dans l’ordre dès lors que nous avions pu accéder à ce qu’il désirait si fort sans oser l’exprimer.

    Cette fois je m’interrogeais pour ma fille qui se plaignait régulièrement. La réponse a fusé de ma bouche en même temps que je formulais la question : que pouvait bien signifier cette « peur au ventre » ?

    Notre corps s'exprime...

    C’est que tout un savoir ancestral est inscrit en nous au travers de telles expressions. Certains le disent : « j’en ai plein le dos ! » Mais combien d’autres en font la douloureuse expérience. Sommes-nous prêts à écouter ce que notre corps nous dit ?

    Il se tient la tête dans les mains tant il a mal

    Ce jeudi là en rentrant du travail j’avais mal à la tête : « pas de chance, j’ai chorale ce soir. ». J’étais à l’époque chef de chœur et j’allais donc mettre mon énergie au service du groupe, comme chaque jeudi. Ce n’était qu’une pensée fugitive... jusqu’au jour où j’ai réalisé qu’elle revenait régulièrement, chaque jeudi !

    ... pour faire entendre
    nos émotions et pensées bâillonnées

    C’est vrai. Je n’avais plus envie et j’avais décider d’arrêter. Ce qui m’entêtait ? Comment trouver quelqu’un pour me remplacer, sans annoncer mon intention, pour éviter la démobilisation ? Il ne tenait qu’à moi de desserrer l’étau !

    Curieux ? Sceptique ? Au prochain signal de votre corps, mettez simplement des mots sur ce qui se passe et demandez ce que cela signifie. Faites-le à voix haute, vous pourriez être surpris de vous entendre donner la réponse.

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie de prendre mes maux au sérieux.

    Je prends RDV avec Paule

  • Court-circuit

    Les émotions sont de précieux indicateurs de ce qui se passe en nous. Notre éducation ne nous a pas toujours encouragés à les écouter. Elle nous a rarement appris à les analyser. Pour autant, nous gardons quelque part l’intuition qu’elles cherchent à nous guider.

    Comprendre les émotions

    Oui mais voilà... Si nous avions au départ la capacité naturelle de parler toutes les langues, la vie nous a amenés à nous spécialiser pour communiquer avec ceux qui nous entouraient. Pendant ce temps nous avons perdu la capacité de reconnaître et émettre des tas d’autres sons.

    Il en est un peu de même du langage des émotions. Notre histoire a laissé sa marque en nous : le style familial que nous avons adopté, rejeté, transformé, les évènements qui nous ont encouragés, contraints, amenés à nous protéger...

    C’est ainsi que nous perdons parfois la capacité à laisser monter en nous une certaine émotion. Peut-être connaissez-vous des personnes qui restent de marbre quand tout porte à se réjouir. Parfois c’est encore plus étonnant, il y a comme un court-circuit en nous : tout devrait susciter une émotion et c’est une autre qui surgit.

    Etincelles dûes à un court-circuit

    Je cherchais un terrain d’entente avec mon interlocuteur. Brutalement il lâche un énorme juron qui me laisse stupéfaite. Je laisse passer quelques instants et je me risque à questionner : « C’est que votre proposition me touche. » Et bien, j’étais loin de comprendre !

    Libérer les émotions !

    C’est là le problème. Lorsqu’un tel court-circuit se produit le message ne passe pas. Du coup le phénomène se répète. Elle aimerait davantage de délicatesse... qui pourrait le comprendre face à ses réactions de colère répétées ? Il aspire à s’engager davantage... qui pourrait le deviner devant ses plaintes régulières ?

    Quelle est l’émotion qui revient souvent chez vous ? Au fond n’est-ce pas parfois une autre qui cherche à s’exprimer et que vous pourriez accueillir ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie de mieux gérer mes émotions.

    Je prends RDV avec Paule

  • Pas adapté

    Mon interlocutrice m’interrogeait sur mes enfants, les aménagements que nous avions sollicités à l’école pour tenir compte de leurs besoins. Soudain elle lâche : « les miens n’étaient pas adaptés au système scolaire. »

    Le marteau... inadapté pour serrer une vis

    Aïe, entendez-vous comme c’est terrible ? Est-ce aux tout petits d’être adaptés à cette grande institution ? Ne devrait-on pas plutôt observer que l’école ne sait pas toujours s'adapter pour eux ?

    Bien sûr, une part de l’éducation (en famille, à l’école...) doit permettre de s’adapter à son environnement, aux contraintes... une part seulement. Quant elle se fait trop pressante sur ce thème elle ne fait plus grandir, elle écrase.

    Jusqu'où s'adapter ?

    La problématique se retrouve dans le monde du travail. Jusqu’où s’adapter à ce qui nous contraint ? Pas facile de discerner les limites à ne pas dépasser, encore moins d’envisager des alternatives.

    Phobie scolaire, burn-out... de véritables épreuves pour les personnes et leur entourage, mais aussi de réelles opportunités pour prendre un nouveau départ.

    Sortir du système pour se retrouver

    Je pense à Thomas qui n’a jamais pu retourner à l’école mais qui est aujourd’hui un adulte et un professionnel épanoui, à Géraldine qui a dû quitter son entreprise mais se sent beaucoup plus en phase avec ses valeurs dans son nouveau métier.

    Une invitation à la confiance dans les ressources de ceux qui chutent... et aussi au courage de sortir du système avant qu’il ne nous terrasse.

    Confiance et courage... il y a d'autres voies.

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie d'y croire...

    Je prends RDV avec Paule