Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • De l'importance de se préparer au changement

    J'ai bénéficié personnellement de deux bilans professionnels.

    Le temps du bilan

    Le premier à 30 ans, alors que je cherchais à quitter la Recherche & Développement, que j'avais bien l'idée de m'orienter vers les Ressources Humaines, mais que cela ne semblait pas si simple à mettre en œuvre.

    Le deuxième à mi-carrière, pour trouver le courage d'inventer la suite de mon parcours, à commencer par sortir du brouillard dans lequel je me trouvais !

    Ces deux bilans m'ont été très bénéfiques. J'en étais si reconnaissante que j'ai imaginé dès 1998 faire un jour ce métier d'accompagner des personnes dans la réflexion sur leur parcours professionnel et la construction de projets.

    La construction du projet

    Pour m'y préparer, j'ai participé à une formation* de conseiller/ère en bilan de compétence. J'en ai été très satisfaite. Le formateur** transmettait le fruit d'années de recherche et de pratique pour obtenir de vrais résultats. Il témoignait de l'efficacité des méthodes qu'il nous proposait par le résultat d'études scientifiques sur de larges panels.

    Si je ne devais retenir qu'une chose de cette formation, ce serait l'importance de la préparation au changement, en amont de tout travail de bilan et de construction de projet.

    fotolia_25996526_xs.jpg

    Ce n'est pas sans me rappeler mon premier bilan.

    Le consultant avait déroulé tout son programme. Je m'étais appliquée à répondre à toutes ses propositions, par exemple à lister mes compétences et mes qualités personnelles, à travailler sur mon image, mon projet de vie, à construire différents projets professionnels...

    Oui mais voilà, j'étais toujours au point mort. Il me semblait que je n'avais pas avancé d'un poil.

    La préparation au changement

    Il restait dans le parcours un entretien avec une psychologue du travail. Alors que je parlais depuis quelques minutes, elle me dit : "Vous êtes déprimée, n'est-ce pas ?". Pfouh ! Là pour le coup je me suis effondrée. J'étais littéralement au fond du trou en la quittant. Il m'a fallu une semaine pour m'en remettre, mais c'était salutaire. Cela m'a permis de rebondir, de prendre ma situation en main, d'aménager le présent autant que je le pouvais... et le reste a suivi, l'opportunité s'est rapidement présentée pour la réalisation de mon projet.

    Tout le travail réalisé avant cela avait été vain. Il avait manqué une étape. Rien ne sert d'identifier ses ressources, de dessiner des projets, si l'on n'a pas déjà pris le temps de se préparer au changement : qu'est-ce que je vis ici et maintenant ? Qu'est-ce que cela signifie pour moi, mon entourage ? A quoi est-ce que je tiens ? Qu'aurais-je peur de perdre si mes projets se réalisaient ?...

    Je propose régulièrement cette démarche. Non seulement les personnes n'ont pas l'impression de perdre du temps, mais surtout elles apprécient et trouvent le courage d'avancer dans leur projet !

    A bientôt.

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    * Le bilan de compétences, au Patio, organisme de formation des professionnel de l'emploi, de l'orientation et de l'accompagnement

    ** Dominique Clavier est psychologue du travail et chercheur. Il a débuté sa pratique de Bilan de Compétence en 1978. Depuis il n'a pas arrêté d'améliorer sa méthode en l'étayant par ses travaux de recherche, pour former les praticiens. Il a été l'expert sur les pratiques et les outils lors du décret d'application de la Loi sur le Bilan de Compétences en France (1991). Il est coauteur de "Accompagner sur le chemin du travail" et cofondateur de Human Research.

    J'en ai marre de ne pas avancer.

    Je prends RDV avec Paule

  • De l'importance de bien terminer

    Mercredi 10 décembre, je suis retournée au travail pour mon pot de départ.

    J'avais déjà rendu les clefs de mon bureau depuis plusieurs semaines et commencé ma nouvelle vie. J'avais notamment entamé ma formation, mais je n'avais pas encore vraiment dit au-revoir, seulement annoncé mon départ et reçu des messages d'encouragement sympathiques.

    Dire au-revoir

    Mercredi c'était donc le moment de dire au-revoir à mes collègues et à mon entreprise. J'avais préparé un discours qui me ressemble, pour revenir sur ces 24 années qui m'ont construite, expliquer mon projet, témoigner de ce qui m'a aidé à franchir le cap, puis remercier et souhaiter bon vent à chacun.

    Discours.jpg

    J'avais préparé tout cela il y a déjà quelques semaines. Je me réjouissais de vivre ce moment. Beaucoup ont répondu à mon invitation et c'était bon à vivre... mais voilà que dans les heures qui ont suivi je me suis sentie très fatiguée, fragile.

    Tourner la page

    Oui, contre toute attente, ce moment symbolique m'a rappelé qu'on ne tourne pas une page à la légère. Je savais qu'il est important de terminer avec soin. Je constate, peut-être naïvement, que cela n'évite pas d'en passer par une phase de décompression.

    Les gars.jpg   Les filles.jpg   Avec Luc.jpg

    Voilà qui fait écho à l'un des enseignements dont j'ai bénéficié en formation. Bien des situations mal vécues le sont parce que le cycle de contact* n'a pas été respecté. Un collègue qui vous sollicite avant même de vous avoir dit bonjour. Une discussion inachevée parce que vous avez été dérangés. Une personne à qui vous regrettez de ne pas avoir pu dire au-revoir.

    Prendre le temps

    Prenons le temps nécessaire pour engager nos relations. Veillons à bien les terminer. Et lorsque cela n'a pas été le cas... on peut y revenir. C'est une invitation que font souvent les coachs à leurs clients !

    Merci de m'avoir lue et à bientôt.

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    * La Gestalt thérapie s'intéresse particulièrement au processus de contact qu'elle nomme cycle de contact et décrit en cinq étapes : le pré-contact (par exemple l'envie de manger), le contact (la recherche de quelque chose à manger), le plein contact (manger !), le retrait (la satiété) et l'assimilation (la digestion).

    J'ai envie d'en finir avec cette histoire qui me pollue.

    Je prends RDV avec Paule

  • Bienvenue à vous !

    Vous avez appris que je prenais un virage professionnel. Vous êtes curieux d'en savoir plus sur mon projet. Bienvenue sur ce blog que je lance tout spécialement pour vous.

    Un virage professionnel, mais vers quoi ?

    Je propose de vous y expliquer ce que je souhaite faire, d'où m'en vient l'idée, comment je m'y prépare... J'espère que vous aurez plaisir à me lire et à revenir de temps en temps prendre des nouvelles.

    Alors en quelques lignes, qu'est-ce que je vais faire ?

    D'abord je m'offre une année pour moi : me former, expérimenter, explorer tout ce qui pourra être utile à mon projet et commencer à faire réseau.

    L'idée est de me mettre à mon compte, pour faire pleinement ce que j'aime et que je fais le mieux : animer et accompagner.

    Le coaching professionnel

    Je vous décrirai mieux ma nouvelle identité professionnelle dans un an, mais voilà quelques publics et activités que je cible dès aujourd'hui :

    • les professionnels qui ressentent le besoin de changer et ne savent pas trop vers quoi (bilan de compétence),
    • les professionnels qui ont envie de progresser et ne savent pas trop comment s'y prendre, que ce soit pour sortir de leurs impasses ou entrer dans un nouveau costume (coaching individuel),
    • les équipes qui souhaitent mieux travailler ensemble et ressentent le besoin d'une aide extérieure (coaching d'équipe).

    Le coaching des jeunes générations

    Avant d'en arriver là, il y a les plus jeunes :
    • les ados et jeunes adultes en difficulté face à leur orientation scolaire et professionnelle (coaching d'orientation).
      Vous même, vous n'avez peut-être pas eu de difficulté dans ce domaine. Moi si, j'ai commencé à avoir mal au dos à 17 ans. Peut-être que vous connaissez des jeunes un peu égarés, des parents inquiets...

    Le développement personnel

    Et les besoins ne sont pas que professionnels :
    • les personnes qui souhaitent avancer dans leur vie et ressentent le besoin d'aide (coaching personnel).
      Vous-même n'y voyez peut-être pas du tout d'intérêt. Personnellement cela m'a été précieux pour pouvoir franchir ce cap professionnel aujourd'hui.

    L'accompagnement des relations

    Et les besoins ne sont pas qu'individuels :
    • les couples qui tiennent à leur relation et cherchent comment l'améliorer (coaching de relation).
      Vous-même, vous n'y voyez peut-être pas du tout d'intérêt parce que vous êtes chaque jour plus heureux que la veille avec votre conjoint. Avec Stéphane, nous avons choisi de nous donner des moyens dans ce domaine, au travers de l'association Vivre et Aimer.

    Je ne suis pas très à l'aise avec le mot coach tant il est utilisé aujourd'hui pour tout et n'importe quoi, mais c'est en même temps un vrai métier, qui se définit de façon précise, avec des formations de qualité, des certifications sérieuses et de vrais résultats. Surtout, c'est exactement ce que j'aime faire, en quoi je crois beaucoup. Ce sera donc mon métier.

    A bientôt pour vous en dire plus sur ce très beau métier.
    En attendant profitez bien des fêtes de Noël.

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    Ça m'intéresse...

    Je prends RDV avec Paule