Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Ce qu'on pouvait de mieux

    J'entendais récemment une mère s'inquiéter pour sa fille. Elle se reprochait de ne pas savoir l'aider, d'avoir même posé des actes maladroits, au risque de lui faire du mal, le contraire de ce qu'elle visait. Tellement courant !

    Cette tendance à juger son passé

    Les parents disent parfois qu'ils ont fait du mieux qu'ils pouvaient. Malheureusement s'ils arrivent à le dire, ils ont souvent beaucoup plus de mal à y croire et restent enfermés dans leur culpabilité. Dommage car cette énergie tournée contre eux, c'est autant d'énergie qui n'est pas au service d'eux-même ou de leur enfant.

    Nous vivons tous ce phénomène à notre encontre : qui ne se fait pas des reproches sur un acte qu'il a posé dans sa vie et qu'il regrette ?

    Le cadeau de s'accueillir avec bienveillance

    Nous savons que l'enfant encouragé avec bienveillance grandit mieux que celui sans cesse critiqué pour ses faux pas. Nous aussi avons besoin de bienveillance pour avancer dans la vie. Or celle sur laquelle nous pouvons agir c'est la nôtre !

    Alors oui, quel que soit le chemin sur lequel nous voulons avancer (par exemple en coaching parental, personnel ou professionnel), la première étape consiste souvent à nous accueillir, à nous aimer comme nous sommes, avec notre histoire, ce que nous avons fait ou que nous n'avons pas fait.

    Autant d'énergie positive pour avancer

    L'exemple m'avait frappé à l'époque : pour réussir à entamer un régime amaigrissant, plutôt que de rêver devant ses vêtements trop étroits dans l'armoire (et se faire des reproches !), il vaut mieux s'offrir une tenue dans laquelle s'admirer tout de suite. L'investissement est toujours rentabilisé !

    Penderie pleine de vêtements colorés

    Dans quel domaine auriez-vous besoin de votre propre bienveillance ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'en ai marre de me faire des reproches.

    Je prends RDV avec Paule

  • Accueillir son intuition

    Je suis de celles et ceux qui ont besoin de tout comprendre. Quoi qu'il arrive, je cherche à analyser pourquoi, à expliquer comment... Et bien sûr, à force de m'y appliquer j'y arrive plutôt bien !

    Nous avons tous de l'intuition

    Je n'ai pris conscience qu'assez tard que j'avais aussi de l'intuition. Au départ je n'y mettais même pas ce mot. Je m'empressais de chercher d'où pouvait me venir une pensée de cet ordre. Besoin de rationaliser.

    Avec le temps je me suis mise à regretter de ne pas tenir compte de mon intuition lorsqu'elle me mettait en garde. Du genre : vérifier si mon interlocuteur a toujours en tête notre rendez-vous lorsqu'un doute me traverse.

    Horloge

    Aujourd'hui je m'applique à reconnaître et apprivoiser mon intuition mais ce n'est pas si simple.

    Pas facile de la prendre au sérieux

    Manque d'habitude certes, mais aussi scrupules ! Une personne que j'accompagnais récemment l'exprimait très spontanément : « J'aimerais faire confiance à mon intuition mais ce n'est pas très sérieux ! »

    Et oui, reconnaissons que l'intuition n'a pas très bonne presse dans notre culture si rationnelle. Et pourtant elle est un complément indispensable à notre raison.

    Elle a pourtant sa part à prendre

    Songez par exemple aux grandes décisions de votre vie, celles qui vous donnent beaucoup de satisfaction. Les auriez-vous prises sur des critères exclusivement rationnels ?

    Et s'il vous arrive de ne pas réussir à prendre une décision, est-ce parce qu'il vous manque de arguments logiques, ou au contraire parce que vous en avez pléthore et qu'ils empêchent la balance de clairement pencher d'un côté ?

    Quelle place laissez-vous à votre intuition aujourd'hui ? En êtes-vous satisfait ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie de me faire davantage confiance.

    Je prends RDV avec Paule

  • Pourquoi pas vous ?

    Bien des parents s'intéressent au coaching pour leur adolescent/e. Seulement voilà, ils ne sont pas sûrs qu'il ou elle adhérera à la démarche. Prenons un exemple au hasard : ils s'inquiètent du manque d'énergie que leur jeune met dans ses études et des résultats qui en découlent.

    Ado la tête dans ses bras croisés appuyé sur un dossier de chaise

    Réunir le jeune et ses parents

    Effectivement, il est courant que l'adolescent/e ne voie pas les choses de la même façon ! C'est pour cela que la première rencontre avec la coach réunit toujours jeune et parents. Elle est l'occasion d'explorer le point de vue et les attentes de chacun.

    Et alors ?

    Préciser l'objectif du coaching

    C'est déjà une séance de coaching. Pour avoir exprimé comment il vit les choses, écouté les autres, répondu aux questions de la coach, chaque membre de la famille aura déjà fait un bout de chemin et envisagera la suite différemment.

    Et après ?

    Accompagner le jeune ou les parents

    Ou votre adolescent/e a découvert un intérêt à se faire accompagner et s'engage dans la démarche de coaching, ou vous-même, qui étiez à l'origine de la démarche, qui en ressentiez le besoin, vous êtes prêts à être le moteur du changement et à vous offrir le coaching.

    Rappelez-vous : vous avez déjà bien des fois réussi à faire évoluer la situation en adaptant votre comportement face à votre enfant. Si aujourd'hui vous doutez que ce soit encore possible, le coaching vous aidera à redécouvrir que vous avez les ressources.

    Alors n'hésitez pas : coaching d'ado ou coaching parental, l'important c'est que quelqu'un se mette en mouvement !

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie que ça bouge...

    Je prends RDV avec Paule