Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Développement personnel - Page 3

  • La vie est ...

    Au quotidien nous sommes souvent accaparés par le matériel, les choses à faire, les relations à gérer... Ce n'est que plus rarement que nous philosophons. Et pourtant, l'air de rien, nos façons de penser et d'agir sont influencées par les représentations que nous nous faisons de la vie.

    Nos représentations de la vie influencent nos pensées et comportements

    Besoin d'exemple ? Inspirons-nous par exemple du cinéma : « La vie est un long fleuve tranquille », « La vie est belle », deux bien belles affirmations. La première est pointée comme étant trop naïve, la deuxième est au contraire une décision de positiver.

    Et vous, quelles sont vos représentations de la vie ? A vous interroger vous découvrirez probablement qu'elles sont anciennes et même, peut-être, qu'elles vous ont été transmises en héritage.

    Elles nous accompagnent depuis l'enfance

    Et c'est là qu'il faut bien le reconnaître, les fées qui se sont penchées sur notre berceau et nos jeunes années n'ont pas toujours déposé des représentations idylliques. Parfois j'en entends même des terribles dans la bouche des personnes que j'accompagne. Je préfère ne pas les répéter tant elles font mal.

    berceau

    Il ne s'agit pas de juger, ni les personnes qui nous les ont transmises, ni le crédit que nous leur avons accordé. Ces représentations ont eu leur raison d'être à l'époque où nous les avons reçues ou forgées et elles nous ont probablement aidé à grandir dans l'environnement qui était le nôtre.

    Elles ont eu leur raison d'être

    En même temps, nous ne sommes pas obligés de continuer à les porter, telles un vêtement trop raide qui contraint nos façons d'être. Nous pouvons donner des coups de ciseaux dedans pour retrouver plus de liberté. Nous pouvons même les démonter et, avec ce tissu, avec des pièces complémentaires éventuelles, créer un nouveau vêtement à notre goût. Peut-être aurons-nous besoin de l'aide d'un tiers, voire d'un professionnel.

    Nous pouvons les transformer pour plus de vie

    Personnellement je reste reconnaissante pour la représentation dont j'ai hérité. Elle m'a incité à me donner des moyens pour être heureuse. Mais je préfère celle qui me porte aujourd'hui :« La vie est un cadeau ». C'est ce qui motive mon engagement professionnel : offrir cela au plus grand nombre.

    Comment trouvez-vous vos représentations ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie de voir les choses autrement.

    Je prends RDV avec Paule

     

  • Avez-vous demandé ?

    Curieux comme nous avons parfois tendance à regretter une situation sans même avoir imaginé la transformer. Bien sûr nous ne pouvons rien à la couleur du ciel lorsque nous ouvrons les volets le matin. En revanche nous avons le choix de la réaction. Si, si...

    pluie

    Quand ce n'est pas confortable...

    Je me rappelle de cet automne où il ne cessait de pleuvoir, énormément, depuis plusieurs semaines. Cela occupait les conversations. Tout le monde se plaignait. Moi-même, alors qu'objectivement cela ne me gênait pas du tout puisque j'étais à l'abris et que je n'avais pas besoin de sortir, à chaque fois que j'entendais la pluie redémarrer, que je voyais les trombes d'eau par la fenêtre, une plainte m'échappait. Je me suis rendue compte de cet automatisme et j'ai décidé de le briser. Je me suis inventée une autre réaction et je me suis mise à jouer. A chaque fois que la pluie redémarrait de plus belle je levais les bras et m'exclamais : « Incroyable, toute cette eau qui tombe du ciel, comme c'est généreux ! » Je ne pouvais rien à la météo mais j'avais le pouvoir de me faire rire et ça me faisait du bien.

    ... accueillir la réalité...

    Vous allez dire qu'il n'y avait là aucun enjeu. C'est vrai. J'ai juste choisi de rire au lieu de pleurer avec le ciel. Si je raconte cette anecdote c'est pour en venir à d'autres situations où il suffirait parfois d'à peine plus pour transformer complètement leur impact sur nous.

    Je pense à ces interventions à l'université qu'un collègue m'avait proposées. Il ne pouvait plus les assurer et m'avait recommandée pour prendre sa suite. Il m'avait tout expliqué, les contraintes à respecter et aussi que cela se passait en amphithéâtre. J'ai accepté le défi mais cette dernière condition me travaillait. Comment allais-je pouvoir animer à ma façon dans une telle configuration ? Pendant plusieurs séances j'ai déployé des trésors d'ingéniosité, j'ai mis beaucoup d'énergie... et puis je me suis rendue à l'évidence : je m'épuisais pour un piètre résultat. Comme il restait de nombreuses séances et que je manquais de courage j'ai décidé de demander si un aménagement était possible : « Bien sûr, je vais vous trouver des salles adaptées. » En moins d'une heure tout était réorganisé pour l'année et je suis restée stupéfaite : pourquoi n'avais-je pas imaginé plus tôt que ce soit possible de faire autrement ? Pourquoi avais-je tout accepté sans rien oser demander ?

    ... et croire en sa capacité de transformer la situation

    Et vous quelle est cette situation qui vous coûte ? Quelle modification pourrait la rendre plus confortable ? Avez-vous demandé ?

     

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie d'oser davantage.

    Je prends RDV avec Paule

  • Endurance

    Julien sait enfin ce qu'il veut faire dans la vie. Il a découvert le soin aux animaux. Il se donne à fond comme bénévole. Il veut en faire son métier. Son projet n'emballe guère ses parents qui avait imaginé d'autres études. Et puis, comme il a déjà 24 ans, pour réaliser son projet il veut commencer par gagner son autonomie financière, trouver un travail. Il semble motivé.

    Pourtant, rapidement Julien se décourage. Il a l'impression d'avoir fait tout ce qu'il fallait , sans succès. Il baisse les bras. « Hey Julien, il ne suffit pas que le hamster saute avec enthousiasme dans la petite roue. Pour la faire tourner il faut qu'il cavale ! »

    La motivation c'est mettre de l'énergie
    dans la bonne direction
    et durablement !

    endurance

    Julien a compris et nous savons désormais que l'objectif est de cultiver son endurance à chercher du travail.

    Trois pistes à explorer :

    Son envie est-elle vraiment ancrée en lui ?

    Julien a-t-il suffisamment envie de décrocher un emploi ? De travailler ? Qu'est-il prêt à faire ? Quelles contraintes pense-t-il pouvoir accepter ? Le sujet mérite qu'on s'y attarde, que Julien confronte sa motivation pour son projet à ces perspectives qu'il n'avait pas encore imaginées.

    Les moyens qu'il met en œuvre sont-ils adaptés ?

    Par ailleurs Julien déploie-t-il des moyens adaptés pour décrocher un emploi ? Multiplie-t-il suffisamment les démarches ? Cela vaut la peine de tout mettre à plat pour mesurer l'effort et l'ajuster.

    A-t-il suffisamment confiance dans sa
    capacité à réussir ?

    Mais surtout, à quel point Julien a-t-il confiance dans sa capacité à atteindre son but ? Clairement c'est là que le bas blesse : il a tellement l'impression d'avoir investi à perte durant les années qui précèdent qu'il n'y croit tout simplement pas... voilà la plus grande brèche à combler, celle par laquelle s'engouffre le découragement.

    Manque de confiance en soi, tellement souvent au cœur des demandes d'accompagnement ! Et si c'est souvent perceptible par les autres, c'est parfois bien caché derrière une apparente assurance, voire très peu conscient.

    Dans quel domaine aimeriez-vous y croire davantage ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie d'un coup de pouce pour persévérer.

    Je prends RDV avec Paule