Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lycéens Etudiants - Page 6

  • Demain je pars à l'international !

    Depuis que je suis coach j'aime tout particulièrement aider les gens à formuler ce à quoi ils aspirent.

    Formuler un objectif de coaching

    Je leur explique que la volonté ne suffit pas, qu'avec des « il faut » et des « je dois » ils ne mettent pas toutes les chances de leur côté.

    Avec les étudiants que j'accompagne dans la construction de leur projet professionnel, nous avions cherché comment construire une formulation plus encourageante, une phrase qui porte vers le but : commencer par un Je, continuer avec un verbe d'action, au présent, reformuler pour que ce soit positif...*

    Lors des séances individuelles j'ai aidé chacun à s'en donner une. Au delà des principes que nous avions énoncés ensemble, il s'agissait d'expérimenter concrètement, chacun sur le sujet qui lui tenait à cœur.

    Constater la motivation

    A les voir tâtonner puis aboutir, je suis sûre qu'ils ont tous mesuré la pertinence de la démarche, que chacun a senti l'élan que cela procurait. Pour Jordan cela a été particulièrement puissant. Il avait commencé avec des phrases toutes faites du genre « J'aimerais bien partir à l'étranger »« Il faut que je travaille mon anglais pour pouvoir partir ». Je le guidais pas à pas et tout d'un coup il s'est dressé d'un bond : « Demain je pars à l'international ! ».

    Une main crève l'écran pour signifier "Yes !"

    Nul doute qu'il a fait le nécessaire pour cela depuis.

    Et vous quel est cet objectif que vous ressassez sans réussir à vous convaincre ? Êtes-vous prêt à tenter une formulation qui vous porte ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    * C'est un des enseignements de la Programmation Neuro-Linguistique : commencer par un Je, continuer avec un verbe d'action, au présent, reformuler pour que ce soit positif, préciser concrètement où, quand, combien. Il est aussi important de vérifier que cela est vraiment bon pour soi, pour les autres, pour son environnement et enfin que cela donne envie !

  • Bluffés

    La semaine de formation au management que j'animais pour de futurs ingénieurs se terminait par une ouverture sur l'avenir : à quoi pourraient bien ressembler les entreprises d'après-demain ? Il s'agissait d'écouter avec attention Frédéric Laloux qui parie sur trois caractéristiques originales*.

    Place à l'intelligence émotionnelle...

    Depuis le début de la formation nous avions déjà travaillé sur les émotions, les besoins, comment en tenir compte pour gérer les crises, prendre des décisions, susciter des relations gagnantes. Aussi les jeunes ont-ils facilement imaginé qu'on vienne travailler sans masque dans les entreprises du futur, avec tout ce qu'on est : ses émotions, son intuition, ses aspirations profondes, sa part spirituelle... Facile. A vrai dire ils n'attendent que ça les plus jeunes, comme vous peut-être, si vous en avez marre de laisser des pans entiers de vous-même à la maison.

    ... à l'autonomie de chacun...

    Le deuxième pari de Frédéric Laloux leur a aussi semblé possible : c'est vrai, le vol d'oiseau qui part en migration n'a pas de chef. Il y en a bien un devant mais ce n'est jamais le même. Chacun fait ce qu'il a à faire, à chaque instant, et ça fonctionne. Difficile d'imaginer qu'il n'y ait pas de chef dans l'entreprise du futur, que chacun se manage soi-même, mais pourquoi pas. L'idée leur a plu.

    ... aux valeurs pour seul guide.

    Le pari plus difficile à imaginer était le troisième : aucune direction, pas de stratégie, pas de budget. L'entreprise aurait uniquement une raison d'être, partagée par tous : l'autonomie du patient pour Buurtzorg, service infirmier à domicile ; l'usine reste au village pour Favi, équipementier de l'automobile. Alors là ils ont été bluffés : « ils ne le font pas pour de l'argent et ça rapporte de l'argent. Ça c'est beau ! »

    Petite fille la tête dans ses mains, admirative

    Et vous, vous y croyiez à ce modèle qui est déjà pratiqué par plus d'une vingtaine d'entreprises parfois très grandes et dans des domaines très différents ? Venir avec tous ce que vous êtes, vous manager vous-même, travailler pour une raison d'être à laquelle vous adhérez... Dans quel domaine de votre vie réussissez-vous à vivre un peu de cet idéal ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr


    (*) Dans son livre ou sa conférence Reinventing Organizations, après avoir étudié une douzaine d'entreprises qui passent aujourd'hui pour des OVNI mais dont il constate qu'elles ont toutes ces 3 caractéristiques. Pour l'écouter cliquez ici.

  • Un, deux ou trois ?

    - A votre avis, combien avons-nous de cerveaux ?

    Mieux se connaître

    C'est ainsi que j'ouvrais une semaine de formation avec des étudiants, où nous allions aborder le management sous un angle innovant.

    - Un madame !
    - C'est ce que vous pensez ?
    - Deux ?
    - Deux hémisphères oui, mais combien de cerveaux ?
    - Ah oui, reptilien, limbique, néo-cortex !
    - Plusieurs zones effectivement, mais combien de cerveaux ?

    Une main en l'air pour montrer 3 avec ses doigts

    Un cerveau, par définition, c'est un système nerveux autonome. Aujourd'hui les scientifiques savent que nous en avons trois : un dans notre tête, bien sûr, mais aussi un au niveau du cœur et un autre au niveau du ventre.

    Cela avait déjà été découvert il y a une centaine d'années mais la communauté scientifique l'avait complètement oublié. A croire qu'on ne voulait pas le savoir, ou plutôt qu'on ne pouvait pas y croire*.

    Des intelligences multiples

    Pourtant l'être humain sait depuis toujours qu'il a trois cerveaux. Certains ne disent-ils pas parfois « j'ai pris cette décision avec mes tripes » ? D'autres n'évoquent-ils pas des « décisions du cœur » ?

    - N'importe quoi Madame ! C'est pas parce que je dis parfois que j'ai les boules que j'en ai vraiment.

    Je vous laisse imaginer que c'était la réaction d'une fille. Et vous, pas convaincu ? Avez-vous déjà entendu quelqu'un affirmer qu'il avait pris cette décision avec son genou ?

    Utiliser toutes ses ressources

    Nous ne sommes pas qu'une tête. Pour décider, agir, valider, au travail comme dans notre vie privée, nous avons besoin aussi de notre cœur et de nos tripes. Quand mes clients le redécouvrent en coaching, tout devient plus simple, plus clair, plus facile.

    Quant aux jeunes que j'initiais à l'intelligence émotionnelle, la communication non-violente et bien d'autres pratiques d'avenir pour l'entreprise, je ne sais pas ce qu'ils en retiendront. Une chose au moins : nous avons 3 cerveaux !

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    (*) C'est en tout cas l'hypothèse de Frédéric Laloux dans sa conférence Reinventing Organizations dont je m'inspire ici et que je vous recommande chaudement si vous être curieux de ce que pourrait devenir le management après-demain. Pour l'écouter cliquez ici.