Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lycéens Etudiants - Page 2

  • Je selfie donc je suis

    Selfie : mot apparu en 2002, « moi étant seul.e » – actuellement 1000 par seconde dans le monde

    Coaching personnel Selfie 5.jpg

    Que signifient donc tous ces selfies ?

    • Prendre une part de gloire (devant un monument ou une personnalité)
    • Se donner une image sympathique (parmi les autres)
    • Attirer l'attention sur soi, aussi quelconque que l'on soit (avec des filtres)…

    Quelles motivations à cette pratique ?

    Leur usage n'est pas que léger et amical. Il est aussi :

    • économique (selfies des Oscars 2014 avec le nouveau téléphone Samsung)
    • politique (foule tournant le dos à Hilary Clinton pour prendre un selfie avec elle)
    • engagé, revendicatif (artiste chinois lorsqu'il se fait arrêter)
    • esthétique, artistique (animalier...)

    Pourquoi en est-on arrivé là, à se prendre en photo et à l'envoyer dans le monde virtuel ?
    Simplement parce que c'est devenu possible. On craignait de confier son téléphone pour la photo alors la technologie s'est adaptée et cela a induit des ruptures :

    • fin des intermédiaires (diffuseurs, producteurs, journalistes)
    • véritable pouvoir des réseaux sociaux
    • effacement de la frontière entre le réel et le virtuel
    • société de la transparence...

    Quelles conséquences sur nous-même ?

    Docteur en philosophie et psychologie, Elsa Godard* analyse que cette révolution technologique conduit à une révolution humaine avec :

    • La culture de l'ici et maintenant : on ne veut plus seulement être heureux mais jouir. Tandis que notre rapport à l'espace et au temps s'estompe, quelle place reste-t-il pour l'existence qui ne peut se déployer que dans l'espace-temps ? Tandis qu'on ne se projette plus, comment peut-on percevoir le sens de l'existence ? Tandis que l'on obtient tout tout de suite, quelle place pour le désir qui permet d'aller à la recherche de sens ?
    • La culture de l'image. Tandis que notre inconscient était structuré comme un langage (Lacan), qu'en sera-t-il d'une société qui ne repose plus sur le langage mais sur une succession d'images et sur les affects ?
    • Le soi digital : tandis qu'hier l'enfant se découvrait dans le miroir (Lacan), aujourd'hui on se découvre aussi par l'image que renvoie le smartphone (retouché, avatar).
    • Une révolution érotique (la jouissance a-t-elle lieu dans l'instant qui est pris ou après en le regardant ?), pathologique quand on en vient à perdre le sens du contexte (selfies à Auschwitz ou devant un drame) ou à y perdre la vie à force de prendre des risques, et aussi une révolution esthétique.

    Cela n'exclut pas l'éthique. Nous pouvons être authentique, créer du lien et donner du sens à cette pratique.

    A nous de lui donner du sens ?

    Et vous ? Comment évoluez-vous avec la technologie ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie de faire le point

    Je prends RDV avec Paule

     

    (*) je résume ici sa conférence dans le cadre du Club Stratégie et Avenir le 28 octobre 2020.

     

     

     

  • Dons et talents

    Je t'invite à te représenter au milieu de cette feuille blanche Léo... Super !

    Coaching d'orientation Dons et talents.jpeg

    Le but du jeu c'est maintenant de remplir tout l'espace autour de toi avec tes dons et tes talents. Talents ?! Léo est impressionné par l'invitation. Très vite je relativise : ce en quoi tu es doué, ce que tu fais facilement, ou mieux que d'autres, ce pour quoi on pense à toi… Ouf, dit comme ça, Léo entrevoit qu'il va réussir à trouver des réponses.

    Poser un regard sur ses capacités

    C'est toujours comme cela lorsque j'accompagne des jeunes. Ils ont d'abord l'impression de ne pas avoir de talents, puis ils en trouvent quelques-uns et finalement notre échange en fait apparaître un bon nombre. Un constat encourageant pour avancer dans la recherche d'un métier qui leur plaise.

    Parfois je propose ce même exercice à des adultes et ce n'est pas plus facile pour eux. Certains restent même bloqués devant leur feuille. C'était le cas de Géraldine. Professionnelle reconnue dans son métier précédent elle m'expliquait qu'elle n'arrivait pas à se trouver de compétences.

    Au risque de ne pas les reconnaître

    Alors nous avons repris les choses avec douceur. Comment pourrait-on entendre ces mots de manière plus agréable ?

    Dons : ce que j'ai reçu en cadeau à ma naissance, ce pour quoi j'ai envie de remercier la vie. Géraldine se détend. Oui c'est vrai, malgré tout ce qu'elle a entendu petite, elle reconnaît aujourd'hui qu'elle a reçu de belles capacités qu'elle utilise aujourd'hui. Gratitude !

    Ce que nous avons reçu avec la vie

    Talents : ce que j'ai cultivé avec les années.
    Géraldine accueille et constate : c'est vrai, avec application elle a développé de réels savoir-faire avec le temps. C'est beau.

    Ce que nous avons cultivé

    Et compétence alors ? Ce mot si abstrait, qui impressionne tant de chercheurs d'emploi et de professionnels. Qu'entend-on pas là ?
    Quelque chose qui est utile à quelqu'un et qui se vend. Aujourd'hui on peut vendre ses compétences en orthographe. Certains en ont grand besoin ! On peut aussi se mettre à son compte pour vendre ses compétences de rangement, accompagner ceux qui n'y arrivent pas… 

    Géraldine s'enthousiasme. Oui, elle a des compétences, bien sûr. Elle a d'ailleurs déjà des missions de cet ordre en parallèle de l'activité qu'elle cherche à développer.

    Ce par quoi nous pouvons être utile aux autres

    Et bin voilà. Avec bienveillance et pragmatisme on trouve toujours. Et vous quels sont vos dons, talents et compétences ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie de poser un regard positif sur mes capacités

    Je prends RDV avec Paule

     

     

  • Combien faudra-t-il de séances ?

    La question m'est souvent posée par la personne qui sollicite un accompagnement. Je choisis de plus en plus souvent de ne pas y répondre. Ou plutôt j'interroge : qu'aviez-vous imaginé ? Car en effet la réponse dépend beaucoup de ce que la personne vient chercher et, même si elle n'en a pas une idée précise, même si elle n'imagine pas comment je vais pouvoir l'accompagner, elle s'est fait une idée à la mesure de ce à quoi elle se sent prête. A quoi servirait-il que je donne un avis différent ?

    Coaching professionnelle Conbien - Copie2.png

    Chacun sait à quoi il est prêt

    Oui mais si ce n'est pas assez ? Soyez tranquille, dès lors que l'inconscient connaît le nombre de séances dont il dispose il sait très bien s'adapter et boucler le travail dans le temps imparti.

    Le travail se termine dans le temps imparti

    C'est ainsi que nombre de jeunes profitent pleinement d'une séance unique dans le cadre de leur apprentissage ou de leurs études. Ils repartent complètement imprégnés de leur objectif atteint et tout à fait sûr que cela va se confirmer… et la réalité leur donne raison.

    C'est aussi le cas des entrepreneurs en difficulté que j'ai accompagné bénévolement au début de la crise sanitaire. L'association 60000 Rebonds proposait trois séances, de quoi poser un objectif, y travailler et consolider avec un bilan.

    Objectif > Transformation > Consolidation

    Tout de même, n'est-ce pas un peu court pour un pareil enjeu ? C'est vrai, Julien me confia brasser des idées très noires. Il avait déployé de très grands moyens dans un projet qui lui tenait beaucoup à cœur. Il avait donné beaucoup de lui-même et l'échec se profilait. Et pourtant, trois rencontres suffirent amplement.

    A la fin de la première séance il avait déjà réalisé qu'il était en train de passer à côté de sa vie en persévérant dans ce projet et qu'il devait passer la main. A la deuxième, il avait des solutions et même le projet semblait rebondir ! En arrivant à la troisième séance il rayonnait et voulait trouver les moyens de rester dans cette belle énergie.

    La transformation est d'autant plus profonde et durable que le travail est long

    Bien sûr la transformation est différentes lorsque l'on dispose de plus de temps : plus profonde, plus durable… Parfois c'est le contexte qui n'en donne pas la possibilité, parfois c'est la personne qui ne se sent pas prête à cela. Qu'importe, je me réjouis de constater qu'elle obtient juste ce qu'elle est venue chercher.

    Et vous, quels moyens êtes-vous prêt à investir dans une transformation ?

    Paule Terreaux
    www.pauleterreaux.fr

    J'ai envie d'avancer

    Je prends RDV avec Paule